SULEIMAN ELIA (1960- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Elia Suleiman est un cinéaste, scénariste, et acteur arabe israélien, né le 28 juillet 1960 à Nazareth, d'une famille palestinienne de culture catholique orientale. Son père a combattu les Israéliens lors de l’annexion de la ville en 1948, un épisode relaté dans Le Temps qu’il reste (2009). Le jeune homme s’installe à New York en 1981 et y reste douze ans. Il coréalise, en 1991, avec le vidéaste Jayce Salloum, Introduction à la fin d’un argument, un moyen-métrage conçu à partir d’archives européennes, israéliennes et américaines qui dresse un inventaire des stéréotypes stigmatisant les représentants du monde arabe. En 1994, il retourne en Israël où la Commission européenne le charge de créer le département Cinéma et média de l’université de Bir Zeit, située en territoire palestinien. Il y enseignera. Sa filmographie tourne autour d’une double quête, celle de son identité palestinienne, toujours à chercher ou à réinventer, et celle de son « incertain » pays. Oscillant entre absurde et sens du tragique, le cinéaste y interprète un personnage, ES, qui lui ressemble sans être lui tout à fait. Car c’est là qu’intervient l’aptitude à la stylisation de l’auteur. « Je ne suis même pas un exilé, clame-t-il, dans son troisième court-métrage Le Rêve arabe (1998), car je n’ai pas de patrie. »

It Must Be Heaven, E. Suleiman

Photographie : It Must Be Heaven, E. Suleiman

Photographie

Nazareth, Paris, New York. Les lieux changent et pourtant, au fil de ses aventures, Elia Suleiman retrouve dans chacun d'eux le même mélange de normes et de prescriptions, la même violence sourde. Le monde deviendrait-il plus petit ? Ici, une scène de It Must Be Heaven (2019). 

Crédits : Carole Bethuel/ Rectangle Productions/ BBQ_DFY/ Aurimages

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SULEIMAN ELIA (1960- )  » est également traité dans :

GITAÏ AMOS (1950- )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 1 099 mots

Dans le chapitre « Histoires d'Israël »  : […] Entre 1991 et 1993, Amos Gitaï prépare et tourne Le Jardin pétrifié , un film ambitieux qu'il qualifie de « métaphore titanesque et désagréable », variation moderne sur le thème du Golem dans le chaos de la transition entre l'U.R.S.S. et la nouvelle Russie. Et il prend la décision de rentrer en Israël, où il entame une nouvelle carrière. D'une part, il tourne avec des moyens réduits, souvent en vi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « SULEIMAN ELIA (1960- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elia-suleiman/