Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉGLANTIER

Le fruit des églantiers (Rosa canina L. et autres espèces ; rosacées) rappelle par son nom, peu répandu en France, de cynorrhodon (du grec kunorrhodon, « ronce des chiens ») l'usage très ancien des racines de la plante contre la rage (Pline, repris au xvie siècle par Tragus et Césalpin). Le langage populaire le qualifie de « gratte-cul », signifiant par là les risques qu'encourent les imprudents qui l'avalent sans l'avoir débarrassé de sa bourre interne de poils raides, très irritants. Ce fruit, l'un des plus communs d'Europe, très usité en Suisse et en Allemagne, est ignoré en France. Bien à tort, car il constitue l'une des meilleures sources sauvages de vitamine C et procure, dûment apprêté, une excellente infusion et la meilleure des confitures. Cueillis à maturité complète, après les premiers gels, les cynorrhodons sont riches en vitamines C (de 0,5 à 1,7 p. 100 du poids sec), B, B2 et A. Ils renferment en outre, dans leur pulpe, des sucres, du tanin, des acides citrique et malique, de la pectine et des traces d'huile essentielle. Leurs graines contiennent un peu de vanilline et un glucoside toxique (nullement aux doses médicinales). Un tiers de litre de décoction à 10 p. 100 d'écorce de fruits d'églantier fournit la dose quotidienne de vitamine C nécessaire à l'homme. Cette décoction pourrait servir de remède antiscorbutique. C'est un breuvage très salutaire contre la grippe. La chaleur détruisant une partie de la vitamine, on pourrait préparer, à la saison, une conserve de fruits frais en broyant avec leur poids de sucre les cynorrhodons soigneusement débarrassés de leurs poils et de leurs graines. Ainsi nettoyés et séchés à four doux, ces fruits s'emploient en infusion diurétique et légèrement astringente, utile contre les diarrhées ; c'est le « thé de cynorrhodons » des Suisses (de 30 à 60 g par litre d'eau bouillante ; laisser en contact une demi-heure ; passer soigneusement). Séchés entiers et pulvérisés avec les graines, ils donnent, de la même manière, une boisson sédative (les faire infuser alors dans une étamine pour retenir les poils ; une cuillerée à soupe par tasse). Les graines seules paraissent avoir des propriétés voisines de celles de la passiflore ; elles sont indiquées en décoction calmante dans l'insomnie, les états d'anxiété, les palpitations (50 grammes par litre). Bien mûrs, les cynorrhodons donnent une marmelade délicieuse : les cuire dans de l'eau à couvert ; passer le tout au presse-purée puis au tamis ; recuire la pulpe obtenue avec les trois quarts de son poids de sucre. Les fleurs sont laxatives, surtout, semble-t-il, chez les espèces du Midi (infusion de 10 à 20 grammes de pétales frais pour 200 grammes d'eau).

La galle hirsute des églantiers, bédégar des apothicaires (produite par la piqûre d'un hyménoptère, Rhodites rosae L.), a une très vieille histoire thérapeutique. Elle fut prescrite au xvie siècle dans la migraine par Sennert, au xviie par Hoffmann dans la « frénésie » et par S. Pauli comme somnifère. Cette dernière indication, reprise de nos jours par Dragendorff, mériterait d'être vérifiée. Se montrant utile surtout comme astringent, riche en tanin, elle est efficace en usage interne contre les diarrhées rebelles (décoction à 5 p. 100). Sa teinture en compresse favorise la cicatrisation des ulcères variqueux.

Dans les Charentes, suivant une vieille recette de magie blanche, ceux qui voulaient se débarrasser de verrues introduisaient une mèche de leurs cheveux (coupée le jour de l'Ascension) dans un rameau fendu sur un buisson porteur de bédégars (symbolisant l'excroissance cutanée). À mesure que la branche se desséchait, les verrues disparaissaient...

— Pierre LIEUTAGHI

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ROSALES

    • Écrit par Georges MANGENOT
    • 4 787 mots
    • 8 médias
    ...sarmenteuses ou grimpantes, à tiges épineuses. Les très nombreux cultivars de rosiers, sans cesse améliorés et diversifiés, dérivent d'espèces sauvages ( églantiers) européennes (R. gallica ou roses de Provins), et surtout asiatiques (R. fragrans, R. chinensis : roses thé d'Asie Mineure, d'Iran et de...

Voir aussi