MOLYNEUX EDWARD (1891-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maître de l'élégance parisienne entre les deux guerres, Edward Molyneux est mort au moment où se manifestait une renaissance de l'art de paraître dans la haute couture.

Officier britannique sur le front français pendant la Première Guerre mondiale, grièvement blessé, il installe sa maison de couture rue Royale en 1919 et concourt au rayonnement artistique de la capitale.

Entre 1934 et 1937 il habille toute l'Europe. La princesse Marina de Grèce se marie en 1934 avec le duc de Kent dans une robe signée Molyneux l'ensemble qu'elle porte l'année suivante au défilé du jubilé de George V est également de Molyneux. Il fait scandale par la capeline ornée de plumes d'autruche voilant quelque peu les traits princiers, au grand dam du protocole de la cour.

Entouré de Germaine Bricard, à l'imagination fougueuse, et du jeune Pierre Balmain très mesuré, le « Captain » est l'auteur d'innombrables costumes de scène et de ville : celui de Mistinguett pour sa rentrée aux Folies Bergère, ou bien ceux de Cécile Sorel, de Merle Oberon, de Marlène Dietrich.

Son style peut se résumer en trois tendances : le couturier anglais excelle dans les coupes sobres de tailleurs ayant une affinité avec les tenues de chasse ou de golf (ainsi sa veste droite à quatre poches, « juste un petit cardigan » selon son expression, fera-t-elle le tour du monde, sur une jupe plissée) ; ses modèles d'après-midi d'une simplicité infinie, se composent de manteaux fins ou de vestes droites, doublées de la même soie que la robe au corsage travaillé, blousant légèrement sur une jupe à ampleur mesurée ; à l'inverse, les robes de dîner et du soir s'enroulent autour du corps en drapés, fendus sur le côté, que de grandes manches équilibrent.

L'élégante de Molyneux porte des gants longs drapés sur le poignet, une fleur blanche au cou ou à la taille et un chapeau, petit ou grand, posé droit.

Chez lui, point de toiles savamment drapées et épinglées sur les modèles. Ses idées, que Pierre Balmain a évoquées dans ses souvenirs, devaient être interprétées à partir de minuscules croq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Nathalie MONT-SERVAN, « MOLYNEUX EDWARD - (1891-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-molyneux/