LEACH EDMUND RONALD (1910-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Élève de Malinowski et de Radcliffe-Brown, Edmund R. Leach, directeur de recherche à King's College à Cambridge et membre du Center for Advanced Studies in Behavioral Sciences à Stanford, manifesta très tôt son indépendance à l'égard de ses maîtres. S'il se dit structuraliste, ce n'est ni à la manière de Radcliffe-Brown ni à celle de Lévi-Strauss. S'il se dit dynamiste, ce n'est pas non plus à la manière de Gluckman. Enfin, il ne sera jamais question chez lui du fonctionnalisme, sinon pour s'y opposer. Par ailleurs, Leach se montra toujours très réservé à l'égard du comparativisme, tant lui paraît grand l'arbitraire de celui qui choisit les critères de différenciation. Cet anthropologue se veut donc rigoureusement original. Son humour agressif a beaucoup fait pour le rendre à la fois attirant et insupportable aux yeux de bien des ethnologues contemporains.

C'est autour de deux ouvrages majeurs et d'un recueil d'articles que s'organise la pensée socio-anthropologique d'Edmund Leach. Son premier grand ouvrage, Political Systems of Highland Burma. A Study of Kachin Social Structure (1954 ; trad. A. Guérin, Les Systèmes politiques des hautes terres de Birmanie. Analyse des structures sociales kachin, Paris, 1972), propose une théorie dynamique de l'anthropologie sociale. Leach rejette la notion selon laquelle la structure sociale devrait être appréhendée comme un système de relations visant à l'équilibre. Pour lui, au contraire, la réalité empirique de l'organisation sociale ne peut être comprise qu'à partir des contradictions fondamentales que manifeste la rivalité ou la compétition politique pour le pouvoir. La structure des idées politiques doit, bien entendu, être distinguée très clairement de la structure de faits politiques, que l'on peut observer empiriquement. Leach, dans cet ouvrage qui eut un grand retentissement et donna lieu à de dures polémiques, réexamine la question de savoir dans quelle mesure un modèle d'équilibre peut être efficacement utilisé pour rendr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : assistant à l'U.E.R. des lettres et sciences humaines de l'université de Nice

Classification


Autres références

«  LEACH EDMUND RONALD (1910-1989)  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'anthropologie sociale britannique »  : […] Il est nécessaire toutefois de revenir au débat entre culture et société si l'on veut comprendre la naissance de l'anthropologie sociale britannique. Celle-ci a subi l'influence de Durkheim, qui cherchait dans les faits ethnographiques autre chose que la simple description d'une société, et a d'emblée négligé les traits culturels pour s'intéresser aux relations, aux systèmes, aux fonctions. Ses f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_16125

RITUEL

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 5 523 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'approche symboliste : le rituel « dit quelque chose » »  : […] V. Turner, par ailleurs, a élaboré une théorie remarquable du symbolisme rituel, à propos de rites relatifs aux accidents de la vie individuelle (maladies, infortunes, stérilité, etc.) qu'il appelle « rites d'affliction ». Il analyse leur signification ( meaning ) et la « syntaxe » de leur symbolisme en y distinguant trois niveaux : la dimension de l'exégèse indigène (pour l'arbre à latex blanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rituel/#i_16125

Pour citer l’article

Raymond ECHES, « LEACH EDMUND RONALD - (1910-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmund-ronald-leach/