BOURAY DIEU DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dieu de Bouray fut retiré de la Juine, près de La Ferté-Alais (Essonne) en 1845, lors d'un dragage. C'est une statue en tôle de bronze, haute de 42 centimètres, se trouvant maintenant au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Elle représente un homme nu, imberbe, assis les jambes repliées, dans la pose dite bouddhique. On la date habituellement du ier siècle. Primitivement, elle comportait six pièces indépendantes : deux plaques de tôle de bronze repoussée, assemblées par une soudure, formant le tronc et les membres inférieurs ; deux éléments tubulaires pour les bras, qui manquent ; deux plaques de tôle coulées plus épaisses formant la tête. La plaque antérieure a été percée de façon à recevoir des globes de verre coloré formant les yeux, dont un seul est conservé. La technique d'assemblage des différentes pièces qui portent trace de réparations antiques est assez maladroite, sauf pour la tête qui stylistiquement est un chef-d'œuvre alors que le reste du corps est grossièrement traité : il y a indubitablement présence d'éléments fabriqués par deux artistes au talent bien différent. Le tronc est assez long, les jambes se terminent par des sabots de cervidé. La tête et le cou occupent à eux seuls la moitié de la sculpture : les traits sont nets, virils, la chevelure, à grosses mèches, s'arrête en frange sur le front ; autour du cou se trouve le torque, ou collier gaulois. On ne sait quelle divinité représente la statuette de Bouray ; cependant, les points de comparaison ne manquent pas : la présence du torque (bijou uniquement masculin à partir de La Tène III) est fréquente sur les représentations figurées des divinités gauloises de l'époque gallo-romaine. La pose accroupie est connue depuis les sculptures de Roquepertuse et d'Entremont, jusqu'à la figuration de Cernunnos du vase de Gundestrup. La tête enfin évoque des têtes de divinités en tôle de bronze assez courantes au début de l'époque gallo-romaine, mais annonce également le style des reliquaires du haut Moyen Âge.

—  Alain DUVAL

Écrit par :

  • : conservateur en chef du musée des Antiquités nationales, Saint Germain en Laye

Classification


Autres références

«  BOURAY DIEU DE  » est également traité dans :

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Tène II »  : […] L'orfèvrerie celtique du ii e  siècle avant J.-C. est surtout connue par le décor gravé des épées de La Tène II, dont le graphisme débordant enrichit encore une grammaire ornementale de plus en plus foisonnante et de plus en plus éloignée des modèles classiques. Les sculptures découvertes sur l'oppidum d' Entremont sont assez difficiles à dater. C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_13208

Pour citer l’article

Alain DUVAL, « BOURAY DIEU DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-de-bouray/