DÉTERMINATION DU SEXE CHEZ LES VERTÉBRÉS FOSSILES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’apport de la paléogénétique

Depuis les années 2000, des techniques nouvelles d'étude des fossiles ont permis la détermination du sexe de certains spécimens d'une façon tout à fait indiscutable. Des travaux de paléogénétique réalisés sur les moas en fournissent un exemple. Ces oiseaux géants terrestres (inaptes au vol) ont peuplé la Nouvelle-Zélande jusqu'à une date récente, leur extinction étant due à la chasse intensive que leur firent les Maoris après leur arrivée sur l'archipel au xiiie siècle (il n'est pas impossible que certains moas aient survécu jusqu'au xixe siècle). Du fait de l'excellente conservation de certains restes de moas (ossements, fragments de peau momifiée, œufs…), qui sont ici des subfossiles plutôt que des fossiles à proprement parler, de nombreuses études ont pu être réalisées sur leur ADN. Ces travaux ont notamment permis de préciser le nombre d'espèces connues pour cette période récente (le réduisant à 9). Un des résultats les plus curieux de ces recherches est la mise en évidence d'un dimorphisme sexuel inverse considérable chez certaines espèces de moas. En étudiant l'ADN nucléaire de divers individus, qui permet de distinguer les sexes, il a été possible de montrer que les variations de taille considérables constatées d'un spécimen à l'autre étaient principalement le résultat d'un dimorphisme sexuel d'une ampleur jusqu'ici inconnue chez les oiseaux et les mammifères terrestres. Un cas extrême est celui du moa géant, Dinornis, chez lequel le poids des grosses femelles était 2,8 fois plus important que celui des plus grands mâles. En ce qui concerne la hauteur, celle des femelles atteignait 1,5 fois celle des mâles. Ce qui frappe ici, c'est l'ampleur de ce dimorphisme et non le fait que les femelles soient plus grosses que les mâles car c'est le cas chez nombre d'oiseaux, notamment les rapaces mais aussi certains ratites (groupe comprenant les moas ainsi que les autruches, casoars, émeus, nandous et kiwis actuels).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Cerf géant fossile

Cerf géant fossile
Crédits : K.-P. Wolf/ imageBROKER/ Age Fotostock

photographie

Ichthyosaure

Ichthyosaure
Crédits : PLoS ONE, 2014

photographie

Oiseau fossile Confuciusornis sanctus

Oiseau fossile Confuciusornis sanctus
Crédits : Layne Kennedy/ CORBIS/ Corbis Documentary/ Getty Images

photographie





Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Eric BUFFETAUT, « DÉTERMINATION DU SEXE CHEZ LES VERTÉBRÉS FOSSILES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/determination-du-sexe-chez-les-vertebres-fossiles/