DENYS D'ALEXANDRIE saint (mort en 265 env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né probablement au début du iiie siècle à Alexandrie de parents païens, disciple d'Origène et successeur de l'évêque Héraclas sur le siège d'Alexandrie (247), Denys — appelé « le Grand » — connaît la persécution sous Philippe l'Arabe (248) ; puis sous Dèce, il se cache en Libye ; pendant la persécution de Valérien, il est exilé dans cette même région jusqu'à sa libération par Gallien (262). À son retour, il doit encore affronter à Alexandrie une révolution et la peste. Invité au synode d'Antioche (264-265), il est empêché d'y assister en raison de sa vieillesse et il meurt durant le synode.

La principale source d'information qu'on ait sur Denys est l'Histoire ecclésiastique d'Eusèbe de Césarée, qui cite un grand nombre de ses Lettres. Les œuvres de Denys sont principalement d'intérêt pastoral. Adversaire du sabellianisme, il fut lui-même soupçonné de trithéisme et dut démontrer son orthodoxie dans un traité intitulé Réfutation et Apologie adressé à Denys de Rome. Les passages cités par Eusèbe concernent notamment le novatianisme, le sabellianisme, le millénarisme (Sur les promesses), l'épicurisme (Sur la nature). Denys refusait d'identifier l'auteur de l'Apocalypse avec l'Apôtre Jean, auteur du quatrième Évangile et des épîtres johanniques.

—  Richard GOULET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification

Pour citer l’article

Richard GOULET, « DENYS D'ALEXANDRIE saint (mort en 265 env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/denys-d-alexandrie/