MALAN DANIEL FRANÇOIS (1874-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille de vignerons d'origine hollandaise, et descendants lointains de huguenots français, Daniel François Malan est né dans la province du Cap, à Riebeeck, dans le village natal de son prédécesseur à la tête de l'Afrique du Sud, Jan Smuts. Après des études à l'université de Stellenbosch, qu'il poursuit à Utrecht en Hollande, il obtient le grade de docteur en théologie. De retour en Afrique du Sud, il devient pasteur de l'Église hollandaise réformée et exerce son ministère jusqu'en 1914. Il est alors invité à prendre la tête du journal Die Burger, organe officiel du Parti nationaliste du Cap et dirige le parti dans cette province. Il défend obstinément les idées des Afrikanders, descendants des Hollandais et des Boers, hostiles aux descendants des Britanniques dans le pays. En 1918, il est élu député et, à ce titre, se rend à la Conférence de la paix à Versailles pour plaider la cause d'un État libre en Afrique du Sud. En 1924, il devient ministre de l'Intérieur et de la Santé dans le gouvernement du général Hertzog, un nationaliste modéré. En 1927, il dépose un projet de loi sur le drapeau, pour que soit supprimée l'Union Jack de l'emblème national.

Lorsque le général Hertzog forme un gouvernement de « fusion » avec le maréchal Smuts, en 1933, le Dr Malan refuse d'en faire partie et entraîne avec lui les nationalistes les plus déterminés, qui font scission et quittent le Parti uni formé par Hertzog et Smuts. Il dirige l'opposition à la tête du Parti nationaliste unifié à partir de 1934. Membre de l'Afrikander Broederbond, qui devient rapidement une société secrète ayant pour but la sécession d'avec l'Angleterre et la prise du pouvoir par les Afrikanders, il est hostile à la participation sud-africaine à la Seconde Guerre mondiale. Il mise sur la victoire finale des nazis, mais prend cependant soin de désavouer publiquement l'organisation pro-nazie Ossewabrandwag. Son parti subit une lourde défaite en 1943. Il concentre alors ses efforts sur les problèmes des relations entre les races. Ayant fait de la politique [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : diplômée d'études supérieures de science politique, chargée d'études à la direction de la Documentation française

Classification


Autres références

«  MALAN DANIEL FRANÇOIS (1874-1959)  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 369 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La généralisation des discriminations raciales »  : […] Légitimé au niveau international par sa participation aux deux guerres mondiales aux côtés des Alliés, et appuyé sur une alliance de partis politiques « modérés » afrikaners et britanniques (New South African Party et United Party), le pouvoir sud-africain va poursuivre une politique systématique de discrimination raciale sous la conduite successive de trois Premiers ministres (Louis Botha, Jan Sm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_1239

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 031 mots
  •  • 11 médias

L'abolition officielle de l'apartheid en 1991 a mis fin sur le plan juridique à un système social de relations interpersonnelles et intercommunautaires qui avait progressivement rejeté l'Afrique du Sud blanche au ban de la communauté internationale. C'est en 1950 que le mot afrikaans apartheid entre dans le vocabulaire sud-africain. Il signifie littéralement « état de sépara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apartheid/#i_1239

APARTHEID - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 356 mots

Mai 1948 Vainqueur des élections, le Parti national de Daniel F. Malan, héritier du « Parti nationaliste purifié » fondé en 1930, entreprend une politique de ségrégation raciale systématique. 1949 Une loi interdit les mariages entre Blancs et non-Blancs. 1950 Le Population Registration Act classifie la population s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apartheid-reperes-chronologiques/#i_1239

Pour citer l’article

Martine MEUSY, « MALAN DANIEL FRANÇOIS - (1874-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-francois-malan/