OZICK CYNTHIA (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Intellectuelle, romancière et nouvelliste américaine, née le 17 avril 1928 à New York.

Cynthia Ozick obtient une licence en littérature anglaise à l'université de New York en 1949, puis une maîtrise à l'université d'État de l'Ohio en 1950. Son œuvre s'efforce de décrire la difficulté de rester juif dans la société moderne américaine. En puisant aux plus anciennes sources religieuses du judaïsme, Ozick explore un vaste territoire vierge. Son premier roman, Trust (1966), raconte l'histoire d'une femme qui rejette sa famille juive américaine fortunée et part à travers l'Europe à la recherche de son père, un traître. Ce livre qui mêle les univers américain et européen n'est pas sans rappeler les écrits de Henry James. Dans ses ouvrages suivants, par exemple Bloodshed and Three Novellas (1976), Ozick mène une réflexion houleuse centrée sur l'idée selon laquelle la création artistique (activité païenne) est en parfaite contradiction avec les principes du judaïsme, lesquels interdisent de fabriquer des idoles. Les séquelles psychologiques de la Shoah sont un autre thème central de son œuvre, en particulier dans Levitation : Five Fictions (1982, Lévitation) et les romans The Cannibal Galaxy (1983, La Galaxie cannibale) et The Shawl (1989, Le Châle). Ozick s'appuie fréquemment sur le mysticisme juif traditionnel pour développer ses thèmes de prédilection. L'un de ses personnages récurrents est Ruth Puttermesser. En 1997, elle publie The Puttermesser Papers (Les Papiers de Puttermesser), roman bref qui présente les récits et les faux souvenirs d'une Ruth Puttermesser vieillissante. Cette dernière raconte notamment l'histoire d'un golem féminin venu sauver la ville de New York, avec des conséquences désastreuses. Les ouvrages les plus récents de Cynthia Ozick se détournent du thème du sacré et du profane. Son roman intitulé The Messiah of Stockholm (1987, Le Messie de Stockholm) est, entre autres, une réflexion sur la nature de l'écriture. Cynthia Ozick est en outre une essayiste reconnue et un grand nombre de ses essais ont été regroupés dans les recueils Art and Ardor (1983), Metaphor and Memory (1989) et Fame and Folly (1996). Citons également l’essai Quarrel and Quandary (2000) et le roman Heir to the Glimmering World (2004, Un monde vacillant), qui raconte la vie quotidienne d'une famille installée dans le Bronx après avoir fui Berlin et le nazisme. Le thème du déracinement et de la non-appartenance revient fortement dans Foreign Bodies (2010, Corps étrangers).

—  Universalis

Classification

Autres références

«  OZICK CYNTHIA (1928- )  » est également traité dans :

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 489 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Réverbérations au loin »  : […] Face au séisme qui ébranle la littérature européenne, celle des États-Unis, où s'affirment des romanciers juifs, ne peut qu'en subir les contrecoups. Ainsi, Edward Lewis Wallant fait de Sol Nazerman, son Prêteur sur gages (1961), un rescapé de Dachau et de Bergen-Belsen, un membre de cette société secrète qui passe ses nuits à combattre les fantômes surgis du passé. Cependant, pour la plupart de […] Lire la suite

Pour citer l’article

« OZICK CYNTHIA (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cynthia-ozick/