Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CTÉNAIRES

Affinités des Cténaires

Les Cténaires sont étroitement apparentés aux Cnidaires, à tel point qu'on les réunissait autrefois dans le même embranchement des Cœlentérés. Cnidaires et Cténaires sont des diploblastiques acœlomates, alors que tous les autres Métazoaires, sont des triploblastiques réalisant leur organogenèse avec trois feuillets cellulaires fondamentaux au lieu de deux. On a décrit deux espèces, l'une appartenant aux Cnidaires, l'autre aux Cténaires, comme faisant la transition entre Cnidaires et Cténaires. Il s'agit, d'une part, de la méduse Hydroctena salenskii qui a deux tentacules avec gaine tentaculaire et un organe des sens aboral ; mais Dawydoff (1953) a montré que c'était une vraie Hydroméduse. D'autre part, le cydippe Euchlora rubra possède des cnidoblastes (cellules caractéristiques des Cnidaires) à la place des colloblastes. Après une controverse entre divers auteurs, Picard (1955) admet que les nématocystes appartiennent bien à Euchlora rubra.

Malgré cela Cnidaires et Cténaires, quoique ayant des caractères communs, doivent former deux embranchements séparés. Dans la classification animale, aux derniers diploblastiques que sont les Cténaires succèdent les plus primitifs des triploblastiques (animaux ayant un vrai mésoderme) : les Platodes. On avait cru trouver dans les Platycténides les ancêtres des Platodes. Mais les Platycténides ne seraient que des Cténaires que leur mode de déplacement par reptation a rapprochés des Planaires. Cependant la présence d'un mésoderme en croix au cours du développement des Cténaires montre que c'est avec eux que l'on voit apparaître l'ébauche du vrai mésoderme caractéristique des triploblastiques, quoique celui-ci n'existe plus chez l'adulte. On peut penser que les Cténaires se sont détachés très tôt d'une souche d'où sont sortis aussi les Cnidaires et que les Planaires sont aussi issues de la souche des Cténaires.

— Odette TUZET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Montpellier

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Cydippe

Cydippe

Colloblaste

Colloblaste

Filicténides

Filicténides

Autres références

  • PHYLOGÉNIE ANIMALE

    • Écrit par Michaël MANUEL
    • 11 693 mots
    Le grade suivant (fig. 1), dans la conception traditionnelle, est celui des vrais animaux diploblastiques ou cœlentérés ( cnidaires et cténaires) : ils possèdent deux véritables feuillets épithéliaux (donc de « vrais tissus »), l'ectoderme et l'endoderme, et un tube digestif (absent chez les...

Voir aussi