COUP D'ÉTAT AU CHILI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 11 septembre 1973, un coup d'État militaire met un terme à l'Unité populaire, coalition de formations politiques de gauche parvenue au pouvoir en octobre 1970 après l'élection du socialiste Salvador Allende à la présidence de la République. Persuadées qu'une révolution marxiste est en marche et que la nationalisation des mines de cuivre ou la réforme agraire ne sont que des préalables à une collectivisation de l'économie, les forces armées chiliennes – pourtant légalistes de tradition – renversent le régime en place en l'espace de quelques heures, avec le soutien tacite des États-Unis qui redoutent une contagion du modèle castriste. Allende est acculé au suicide dans le palais présidentiel de la Moneda, et la répression qui suit le soulèvement militaire entraîne la mort ou la disparition de plusieurs milliers d'opposants. Nouvel homme fort du pays, le général Augusto Pinochet institutionnalise un régime terroriste faisant de la torture une arme politique. Il engage aussi le Chili sur la voie d'une modernisation néo-libérale dès le milieu des années 1970. Mais les violations des droits de l'homme et l'accroissement des inégalités sociales provoquent une montée des oppositions, qui culmine lors du référendum du 5 octobre 1988 désavouant Pinochet et ouvrant la voie à la transition démocratique de mars 1990.

Coups d'État au Chili et en Argentine, 1973 et 1976

vidéo : Coups d'État au Chili et en Argentine, 1973 et 1976

vidéo

Dès le milieu des années 1960, l'Amérique latine voit se multiplier les dictatures militaires. Au Chili, le 11 septembre 1973, le coup d'État du général Pinochet met un terme sanglant à l'expérience de gouvernement d'Unité populaire de Salvador Allende. Le président Allende mourra dans le... 

Crédits : Pathé

Afficher

—  Olivier COMPAGNON

Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine, université Sorbonne nouvelle, Institut des hautes études de l'Amérique latine

Classification

Les derniers événements

Honduras. Élection de Porfirio Lobo à la présidence et sortie de la crise politique. 5 novembre - 2 décembre 2009

Le 5, le gouvernement issu du coup d'État du 28 juin démissionne en bloc pour permettre la formation d'un gouvernement d'union nationale, prévu par l'accord difficilement négocié et finalement signé le 30 octobre entre le président déchu Manuel Zelaya et son successeur de facto Roberto Micheletti […] Lire la suite

Chili. Répression des manifestations d'opposition à la dictature. 11-21 mai 1983

depuis le coup d'État militaire de 1973, est lourd : deux personnes qui ne participaient pas aux manifestations sont tuées à Santiago ; de nombreuses autres sont blessées et environ 350 arrestations sont opérées. Rodolfo Seguel, président de la C.T.C., indique qu'il s'agit de « la première étape […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier COMPAGNON, « COUP D'ÉTAT AU CHILI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coup-d-etat-au-chili/