CONSTITUTION DU JAPON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Promulguée le 3 novembre 1946 et entrée en vigueur le 5 mai 1947, cette loi fondamentale de 103 articles s'appuie sur trois principes fondamentaux : une monarchie parlementaire, le pacifisme constitutionnel et une meilleure protection des libertés fondamentales. Fortement inspirée par les services américains d'Occupation placés sous l'autorité du général MacArthur, et bien qu'elle ait permis au Japon de rejoindre le camp des nations démocratiques, elle fut, pour ces mêmes raisons, au centre de l'une des principales fractures politiques de l'après-guerre : la majorité conservatrice souhaitant sa révision, l'opposition – et singulièrement la gauche japonaise – y étant fermement opposée. Ce débat autour de la révision perdure encore de nos jours, même s'il a perdu sa valeur de clivage entre la gauche et la droite nippones et s'il a changé de signification. La classe politique japonaise s'interroge aujourd'hui sur l'opportunité de toiletter une loi fondamentale qui n'a pas été modifiée depuis plus de cinquante ans et de l'adapter aux nouvelles ambitions du Japon sur la scène internationale.

—  Éric SEIZELET

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Les derniers événements

22 octobre 2017 Japon. Victoire du pouvoir aux élections législatives.

Avec 33,3 p. 100 des suffrages et 284 sièges, le Parti libéral-démocrate (conservateur) du Premier ministre Shinzō Abe remporte les élections législatives anticipées, annoncées en septembre. Le Parti démocrate (centre gauche), principale formation d’opposition, a éclaté au cours de la campagne. Son aile gauche a formé le Parti démocrate constitutionnel […] Lire la suite

9 juin 2017 Japon. Adoption du projet de loi permettant l'abdication de l'empereur.

Le Parlement adopte le projet de loi qui doit permettre à l’empereur Akihito de céder le trône, de son vivant, à son fils aîné Naruhito – l’abdication de l’empereur n’est pas prévue par la Constitution. Akihito avait émis ce souhait en août 2016, pour des raisons de santé. Le texte ne s’applique qu’à Akihito et n’a pas de portée générale. […] Lire la suite

8 août 2016 Japon. Évocation par l'empereur de sa succession.

L’empereur Akihito, qui est âgé de quatre-vingt-deux ans, laisse entendre, dans un message à la population, son souhait de se retirer. Une procédure de succession non justifiée par la mort de l’empereur impliquerait une modification de la Loi fondamentale. L’initiative du souverain, dont le règne est placé sous le signe de « l’accomplissement de  […] Lire la suite

10 juillet 2016 Japon. Victoire du pouvoir aux élections sénatoriales.

Le Parti libéral démocrate (PLD) du Premier ministre Shinzō Abe, en progrès, remporte les élections pour le renouvellement de la moitié des sièges de la Chambre haute, en obtenant 56 des 121 sièges à pourvoir, ce qui lui donne 121 élus au total. Son allié du Kōmeitō obtient 14 sièges, soit 25 au total. Les deux formations détiennent déjà une majorité […] Lire la suite

1er-26 décembre 2012 Japon. Élections législatives sur fond de tensions avec la Chine

Constitution pacifiste. Le 26, Shinzō Abe est investi Premier ministre, poste qu'il a déjà occupé en 2006-2007.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric SEIZELET, « CONSTITUTION DU JAPON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution-du-japon/