CONNORS JIM dit JIMMY (1952- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 2 septembre 1952 à East Saint Louis (Illinois), Jimmy Connors a marqué le monde du tennis par son immense talent, mais aussi par ses spectaculaires sautes d'humeur. Contestant fréquemment les décisions des arbitres, prenant souvent quelques libertés avec le protocole – il boudera par exemple en 1977 la cérémonie du centenaire de Wimbledon –, il se veut en quelque sorte le « méchant garçon » du tennis, faisant preuve d'un caractère opposé à son principal rival, le placide Suédois Björn Borg. Sa brève idylle avec Chris Evert va aussi défrayer la chronique. Mais Jimmy Connors, gaucher au jeu d'attaque spectaculaire, servi par une volée d'exception, saura s'assurer, au cours de sa longue carrière, les faveurs du public.

Jimmy Connors arrive sur le devant de la scène en 1974, en s'imposant lors de l'open d'Australie, face à l'Australien Phil Dent, à Wimbledon, contre le vétéran australien Ken Rosewall, et à l'open des États-Unis, également face à Ken Rosewall. Il sera de nouveau vainqueur à Wimbledon en 1982, contre John McEnroe, à l'issue d'une finale intense (3-6, 6-3, 6-7, 7-6, 6-4) et remportera encore par quatre fois les Internationaux des États-Unis (1976 et 1978, face à Björn Borg ; 1982 et 1983, contre Ivan Lendl), tournoi dont il atteindra encore les demi-finales en 1991, à l'âge de trente-neuf ans. La seule lacune de son palmarès demeure l'absence d'une victoire à Roland-Garros, mais le style de jeu de Jimmy Connors, fondé sur l'offensive, ne lui a jamais permis de s'adapter aux longs échanges nécessaires sur la terre battue.

Jimmy Connors, 1982

Jimmy Connors, 1982

photographie

Jimmy Connors exulte après son succès en finale du tournoi de Wimbledon face à son compatriote John McEnroe, en 1982. L'Américain remporta huit tournois du Grand Chelem, de 1974 à 1983. 

Crédits : J. Kelly/ Getty

Afficher

Jimmy Connors a occupé la place de numéro un mondial durant 268 semaines, dont 160 semaines consécutivement : ce dernier record ne sera amélioré que par le Suisse Roger Federer en 2007, ce qui dit bien la place exceptionnelle que tient Jimmy Connors dans le panthéon du tennis.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « CONNORS JIM dit JIMMY (1952- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/connors-jim-dit-jimmy/