COLONISATION GRECQUE EN ITALIE DU SUD ET EN SICILE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le grand mouvement de colonisation qui, à partir de — 750, va donner en deux siècles à la civilisation grecque une dimension pan-méditerranéenne résulte de deux facteurs : la croissance démographique, qui bouscule une société autarcique dirigée par une aristocratie de grands propriétaires terriens, et la familiarisation tardive des Grecs avec les activités maritimes. Le poème didactique d'Hésiode, Les Travaux et les jours, se fait l'écho de cette crise de la société rurale, tout comme l'Odyssée d'Homère illustre la mutation vers une société ouverte aux risques et aux chances de l'outre-mer. Sur la route maritime qui conduit à l'Étrurie, où les Grecs, surtout Eubéens, ont pris l'habitude de venir chercher des métaux, s'implantent bien plus que des comptoirs de commerce (emporion) : des colonies de peuplement, d'emblée indépendantes de leur métropole, où s'établissent des groupes rejetés par la structure oligarchique de la cité naissante. Le partage du sol, urbain et agricole, en lots égaux (cléros) atteste l'esprit égalitaire qui y règne d'abord.

—  Bernard HOLTZMANN

Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « COLONISATION GRECQUE EN ITALIE DU SUD ET EN SICILE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonisation-grecque-en-italie-du-sud-et-en-sicile/