CLARK COLIN (1905-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économiste et statisticien britannique. Diplômé d'Oxford, Colin Clark a, jusqu'en 1938, enseigné dans diverses universités (Cambridge, Sidney, Melbourne), avant d'occuper le poste de sous-secrétaire d'État pour le Travail et l'Industrie, et de diriger, à partir de 1953, l'Institute for Research in Agricultural Economics.

Auteur d'un certain nombre de publications, Colin Clark est surtout connu pour ses travaux sur la mesure du progrès économique. Le progrès économique est habituellement mesuré par l'accroissement des ressources disponibles par habitant. Sans rejeter cette approche, Colin Clark la complète en montrant que le progrès économique implique une modification des structures d'emploi de la population active. Dans son ouvrage Les Conditions du progrès économique (The Conditions of Economic Progress, 1947), il définit un groupement fondamental des activités économiques de production qui retient trois secteurs :

le secteur primaire : agriculture et industries extractives ;

le secteur secondaire : industries manufacturières ;

le secteur tertiaire : commerce et industries des services.

Ce classement analytique — repris par le théoricien français J. Fourastié — permet de caractériser le niveau de progrès économique atteint par un pays et de fonder des objectifs de politique structurelle. En effet, l'enchaînement des phases ou stades de la croissance peut être constaté statistiquement — cela constitue d'ailleurs une partie importante des travaux de Clark —, mais aussi expliqué par des considérations théoriques telles que le changement dans les élasticités de la demande globale des différents produits et les lois des rendements croissants ou décroissants. Ainsi, la demande de produits agricoles croît moins vite que le revenu, le taux d'élasticité de la première étant inférieur à 1. De même, l'agriculture atteint rapidement son maximum de productivité avec peu d'hommes et un capital abondant. Dans ces conditions, le progrès économique nécessite un transfert de population active vers les secteurs secondaire puis tertiaire, pour lesquels les perspectives de productivité et de besoins sont les plus grandes.

Cette théorie peut paraître insuffisante aujourd'hui. De nos jours, le progrès économique ne saurait seulement s'exprimer en termes quantitatifs de production et de consommation, sans référence à des critères qualitatifs.

—  Philippe BRUNEAU

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLARK COLIN (1905-1989)  » est également traité dans :

NÉO-COLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jacques AUSTRUY
  •  • 4 201 mots

Dans le chapitre « Détérioration des termes de l'échange »  : […] Contrairement aux pronostics de Colin Clark, à la fin de la guerre de 1939-1945, qui prévoyait une hausse du cours des matières premières produites par les pays sous-développés, hausse devant résulter de l'accroissement de la demande mondiale, de la rareté relativement accrue de ces produits et des rapports inégaux de productivité en faveur des produits industriels, qui devaient se traduire par u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-colonialisme/#i_17034

Pour citer l’article

Philippe BRUNEAU, « CLARK COLIN - (1905-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/colin-clark/