COCHABAMBA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

carte : Bolivie : carte administrative

Bolivie : carte administrative

Carte administrative de la Bolivie. 

Afficher

Troisième ville de Bolivie, Cochabamba, capitale du département homonyme, comptait 516 683 habitants en 2001 (et plus d'1 million pour l'agglomération). Installée, comme Sucre, dans une large et riche vallée agricole, elle bénéficie d'un climat doux, sec et ensoleillé. Cette ville, aux larges avenues, aux nombreux jardins, est le centre d'une région agricole de l'étage tempéré entre les « punas » et le tropique chaud. L'exploitation des pétroles de l'Oriente, le passage d'un oléoduc et la construction d'une raffinerie ont permis le développement d'activités pétrochimiques. Jouissant d'un climat moins rude que celui de La Paz, disposant de terrains plans et de plusieurs universités importantes, Cochabamba n'a cessé de prendre de l'importance dans le système urbain bolivien ; elle se trouve sur l'axe urbain central à forte croissance (La Paz-Cochabamba-Santa Cruz). En avril 2000, la ville a été le théâtre de violents affrontements, connus comme « la guerre de l'eau » ; les consommateurs d'eau, syndicats et associations de paysans s'étaient mobilisés pour lutter contre la privatisation de la distribution de l'eau et le pillage des ressources naturelles par des entreprises transnationales.

—  Olivier DOLLFUS

Écrit par :

Classification

Autres références

«  COCHABAMBA  » est également traité dans :

BOLIVIE

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Jean-Pierre BERNARD, 
  • Jean-Pierre LAVAUD
  • , Universalis
  •  • 11 762 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « « Coca zéro » »  : […] À l'élection de 1997, l'A.D.N. d'Hugo Banzer arrive en tête avec le score étriqué de 20,8 p. 100 des voix, distançant de très peu ses principaux rivaux : le M.N.R., Condepa, le M.I.R. et U.C.S. Le vainqueur, ratifié par le Congrès, est amené à gouverner avec une ample coalition inédite (A.D.N., M.I.R., U.C.S., Condepa) ; le M.N.R. et une gauche atomisée et dispersée constituent l'opposition. Le […] Lire la suite

Les derniers événements

8-24 novembre 2019 Bolivie. Démission du président Evo Morales.

Cochabamba, Sucre et Santa Cruz. Le 10, alors que la contestation se radicalise, que nombre de ministres et de parlementaires démissionnent et que l’armée lui demande de renoncer à son mandat « pour la restauration de la stabilité dans le pays », Evo Morales annonce son départ. Il avait auparavant proposé la convocation de nouvelles élections, se conformant […] Lire la suite

11-26 mai 1981 Bolivie. Renonciation du général García Meza à la présidence

Cochabamba, dans le sud de la Bolivie, tente à deux reprises de renverser le général García Meza, chef de l'État depuis le putsch du 17 juillet 1980, et d'obtenir la passation des pouvoirs à un autre général, pour « laver l'honneur des forces armées, souillé par le trafic de drogue et par un mauvais gouvernement ». L'implication des forces armées dans […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier DOLLFUS, « COCHABAMBA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cochabamba/