GOLDBACH CHRISTIAN (1690-1764)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien prussien ayant effectué la majeure partie de sa carrière en Russie, connu pour ses travaux en théorie des nombres. Né le 18 mars 1690 à Königsberg en Prusse (actuellement Kaliningrad en Russie), Christian Goldbach était le fils d'un pasteur. Dès 1710, il entreprend ses premiers voyages en Europe, au cours desquels il rencontre les principaux mathématiciens de son temps. En 1725, il est nommé professeur de mathématiques et historien à l'Académie impériale de Saint-Pétersbourg qui vient d'être créée. Ses recherches mathématiques concernent alors le domaine de l'analyse : il résout en particulier divers cas d'équations différentielles de Ricatti et propose des méthodes nouvelles d'analyse des séries infinies. Il s'installe à Moscou comme tuteur du tsarévitch Pierre II à partir de 1728, mais sa carrière de précepteur s'achève deux ans plus tard avec la mort prématurée de son élève ; il reste néanmoins au service de la famille impériale à Moscou, puis à Saint-Pétersbourg lorsque la cour s'y installe en 1732. De 1729 à 1763, Goldbach entretient une correspondance suivie avec le mathématicien suisse Leonhard Euler (1707-1783) et c'est dans ce cadre que se développe sa contribution à la théorie des nombres. Dans une lettre à Euler du 7 juin 1742, il propose que tout nombre entier naturel supérieur à 5 est la somme de trois nombres premiers. Reformulée par Euler, qui énonce que tout nombre entier naturel pair supérieur à 4 est la somme de deux nombres premiers, cette célèbre conjecture porte depuis le nom de conjecture de Goldbach et a suscité de nombreux travaux ultérieurs. Les recherches de Goldbach ont également concerné la théorie des courbes. Homme de cour au succès politique incontestable, Goldbach avait une vaste culture et une grande érudition dans de nombreux domaines. Capable d'intuitions remarquables et d'éclairs géniaux, il souffrait cependant de lacunes considérables dans son éducation mathématique. Son incontestable don pour cette science ne s'est vraisemblablement pas complètement développé, par manque de spécialisation et d'approfondissement. Goldbach meurt le 20 novembre 1764 à Moscou.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « GOLDBACH CHRISTIAN - (1690-1764) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-goldbach/