HOY CHRIS (1976- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Triple médaillé d'or olympique en 2008 à Pékin (vitesse individuelle, vitesse par équipes, keirin), Chris Hoy symbolise l'insolente réussite de l'équipe britannique de cyclisme sur piste lors de cette édition des Jeux. Les Britanniques récoltèrent en effet douze médailles, dont sept en or, au vélodrome de Laoshan. Cette réussite insolente sera confirmée en 2012 aux Jeux de Londres, où les Britanniques obtiendront encore sept médailles d’or, Chris Hoy s’en adjugeant deux.

Christopher Hoy est né le 23 mars 1976 à Édimbourg, en Écosse. Il s'initie au cyclisme dès l'âge de sept ans ; jusqu'à quatorze ans, il pratique essentiellement le B.M.X., mais il s'essaye aussi au V.T.T. Il intègre l'équipe écossaise junior de B.M.X., puis il donne une nouvelle orientation à sa carrière en 1992, en se dirigeant vers le cyclisme sur piste. En 1996, après que les sportifs britanniques ont réalisé des performances très médiocres aux Jeux d'Atlanta, le gouvernement de John Major décide de consacrer des fonds importants au sport de haut niveau ; dans ce cadre, la Fédération britannique de cyclisme lance en 1997 le World Class Performance Plan, lequel permet aux espoirs de se consacrer à leurs études et à l'entraînement sans se soucier des problèmes financiers. Diplômé en sciences du sport de l'université d'Édimbourg en 1999, Chris Hoy s'adjuge cette année-là sa première médaille aux Championnats du monde : la médaille d'argent de la vitesse par équipes.

Également médaillé d'argent de la compétition de vitesse par équipes aux Jeux de Sydney en 2000, il décide alors de se consacrer plus spécifiquement à l'épreuve du kilomètre. La réussite arrive vite, puisqu'il devient champion du monde du kilomètre en 2002, en devançant le recordman du monde, le Français Arnaud Tournant. Chris Hoy remportera de nouveau cette épreuve aux Championnats du monde en 2004, en 2006 et en 2007. Toujours en 2002, avec ses coéquipiers Jamie Staff et Craig McLean, il gagne la compétition de vitesse par équipes aux Championnats du monde.

En 2004, aux jeux Olympiques d'Athènes, il remporte le kilomètre (1 min 0,711 s), devant Tournant (1 min 0,896 s) ; son temps constitue la meilleure performance de l'histoire réalisée au niveau de la mer. Mais, en 2005, le C.I.O. décide que le kilomètre disparaîtra du programme olympique à partir de 2008, et Chris Hoy revoit son approche de la compétition, afin de briller dans deux épreuves qui, au-delà de la vélocité et de la puissance, demandent une grande science de la course et exigent d'élaborer des stratégies complexes : la vitesse et le keirin. En mars 2007, il remporte la compétition de keirin aux Championnats du monde de Palma de Majorque, devant deux grands spécialistes de l'épreuve, le Néerlandais Theo Bos et un autre Britannique, Ross Edgar.

On le voit néanmoins une dernière fois sur le kilomètre : le 12 mai 2007 à La Paz, il tente en altitude de battre le record du monde d'Arnaud Tournant (58,875 s), établi également à La Paz ; il échoue de très peu (58,880 s) et se console, le lendemain, en battant le record du monde du 500 mètres lancé (24,758 s).

Dès lors, les Jeux de Pékin deviennent son grand objectif. En mars 2008, à Manchester, il remporte pour la première fois la vitesse individuelle aux Championnats du monde, en dominant le Français Kevin Sireau en finale ; il s'impose également en keirin. Chris Hoy, champion surpuissant (1,85 m, 92 kg), se trouve au sommet de sa forme, à trente-deux ans, aux jeux Olympiques de Pékin, où tous ses rivaux semblent des faire-valoir. Il commence sa moisson le 15 août, remportant avec ses coéquipiers Jason Kenny et Jamie Staff la vitesse par équipes : en finale, les Britanniques réalisent une performance exceptionnelle (42,950 s) et relèguent très loin les Français Grégory Baugé, Kevin Sireau et Arnaud Tournant (43,541 s), champions du monde en titre ; le lendemain, il gagne en force la compétition de keirin, devant Ross Edgar. Les 18 et 19, sa démonstration dans le tournoi de vitesse est plus éclatante encore : il remporte tous ses matchs en deux manches sèches, élimine avec une facilité déconcertante le Français Mickaël Bourgain en demi-finale, puis bat avec une grande aisance Jason Kenny en finale.

L'exploit de Chris Hoy est retentissant : en effet, le dernier Britannique à avoir remporté trois médailles d'or dans une même édition des Jeux était le nageur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « HOY CHRIS (1976- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chris-hoy/