FLEETWOOD CHARLES (1618?-1692)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Soldat et homme politique anglais. Lorsque la guerre civile éclate, Charles Fleetwood se range dans le camp des parlementaires. Il reçoit le commandement d'un régiment en 1644 et participe à la mise en pièces des troupes royales à Naseby (14 juin 1645). On le soupçonne d'avoir trempé dans le complot visant à s'emparer de la personne du roi Charles Ier à Holmby. Quoi qu'il en soit, il ne participe pas au procès et n'assume aucune responsabilité dans le fatal verdict. En 1650, il accompagne Oliver Cromwell en Écosse à titre de lieutenant-général de la cavalerie. Il participe à la victoire de Dunbar. En 1651, il reçoit le commandement de l'armée et participe à la victoire de Worcester. En 1652, il épouse la fille de Cromwell ; ce dernier l'envoie en Irlande achever sa politique de « plantation » coloniale. Il s'agit de liquider la résistance des catholiques irlandais en les expédiant « en Connaught ou en enfer » et de donner aux soldats de l'armée puritaine les terres ainsi vidées de leurs habitants. De septembre 1652 à septembre 1655, Fleetwood s'acquitte de sa mission avec la dernière brutalité, persécutant les prêtres, refoulant les indigènes, donnant toute licence aux éléments les plus radicaux de l'armée puritaine. À son retour d'Irlande, il devient un des major generals de l'armée. On parle de lui comme du successeur possible d'Oliver Cromwell à qui il se montre dévoué corps et âme. À la mort du lord-protecteur, c'est son fils Richard Cromwell qui accède au pouvoir. Incapable de mettre un terme à la sourde rivalité qui oppose le Parlement à l'armée, Richard démissionne. Les généraux Lambert et Monk se disputent l'héritage du Commonwealth agonisant. Fleetwood dont Macaulay dit qu'il « représentait le courant des indépendants et républicains honnêtes mais fanatiques » se range derrière Lambert, le général républicain. C'est Monk qui l'emporte. Comme il n'avait trempé ni dans le procès ni dans l'exécution de Charles Ier, la restauration se borne à l'exclure de tous les emplois publics. Fleetwood sera contraint à une retraite forcée jusqu'à sa mort.

—  Pierre JOANNON

Écrit par :

  • : historien, docteur en droit, docteur honoris causa de la National University of Ireland et de l'Université d'Ulster (Royaume-Uni)

Classification

Pour citer l’article

Pierre JOANNON, « FLEETWOOD CHARLES (1618?-1692) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-fleetwood/