CENTAURE EN TERRE CUITE (Grèce)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout, dans cet objet, est extraordinaire. À commencer par les circonstances de sa découverte, puisque le corps et la tête ont été trouvés dans deux tombes différentes de Lefcandi en Eubée, ce qui donne à penser que cette figurine de dimensions exceptionnelles (36 centimètres) avait une valeur particulière. Sa date n'est pas moins étonnante : ces deux tombes sont de la seconde moitié du xe siècle (— 950-— 900), ce qui fait reculer de deux siècles la date à partir de laquelle les mythes ont été représentés. Car il s'agit d'un centaure, stylisé en une combinaison simple de cylindres : un torse humain est greffé sur un corps de quadrupède. L'ensemble est couvert de motifs géométriques à la manière des vases contemporains, car cette statuette a été fabriquée dans un atelier de céramique. Le bras gauche, cassé, devait être levé ; tenait-il une branche d'arbre ? Ce serait alors une allusion à un mythe fréquemment représenté à partir du viie siècle : celui des centaures enivrés brandissant des arbustes, dont Héraclès vient à bout à coup de flèches. Cela voudrait dire que l'élaboration verbale des mythes a, sauf exception, précédé de beaucoup leur représentation.

—  Bernard HOLTZMANN

Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « CENTAURE EN TERRE CUITE (Grèce) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/centaure-en-terre-cuite/