CARAKA SAṂHITĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Titre d'un traité de médecine relevant du canon védique et attribué à un certain Caraka. Des prescriptions médicales apparaissent dans la littérature sanskrite dès l'époque védique (~ IIe et ~ Ier millénaire) mais restent sporadiques ou simplement allusives. Il faut attendre les ier et iie siècles pour voir apparaître un corpus constitué, dont le caractère achevé montre qu'il est le fruit d'une longue tradition.

Le plus ancien de ces traités est celui que l'on attribue à Caraka, dont on assure qu'il fut médecin à la cour de l'empereur Kanishka (dynastie Kushân). Il s'agit d'un ensemble important rédigé en prose (avec des appendices versifiés, à la fin des chapitres), où la matière se trouve répartie en huit livres (sthana). Diverses disciplines sont présentées, de l'étiologie à la pharmacopée, mais plusieurs sont absentes, à commencer par la chirurgie, dont on sait cependant qu'elle était remarquablement développée en Inde à cette époque. Les chapitres sur la science du diagnostic et les thérapeutiques spéciales sont importants, mais l'auteur, comme c'est le cas très souvent dans les traités normatifs sanskrits, s'intéresse surtout à l'éthique médicale et aux spéculations philosophiques concernant la structure du corps humain, sa place dans l'univers, etc.

Il est possible que Caraka ait été un bouddhiste, ce qui n'aurait rien d'invraisemblable si l'on se souvient que les bouddhistes s'intéressaient de près aux sciences de la nature (alchimie, astrologie). L'influence grecque a joué également dans ce domaine : certaines conceptions de Caraka sont très proches de celles d'Hippocrate. Le traité lui-même, qui porte le nom de Caraka-Saṁhitā, se donne pour un remaniement d'un texte plus ancien expressément attribué à Agnivésha (nom d'un rishi védique), ce qui est une façon de souligner le rattachement de la Caraka-Saṁhitā au canon védique. Les versions que l'on possède actuellement ont été à leur tour refondues et en partie récrites au viiie siècle par Dridhabala. Un important commentaire, plus tardif (xie siècle), en a été rédigé par Chakradatta.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  CARAKA SAMHITA  » est également traité dans :

ĀYURVEDA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 2 256 mots

Dans le chapitre « Littérature de l'Āyurveda »  : […] L'Āyurveda est théoriquement rattaché, dans l'ensemble du savoir traditionnel indien, à l'ensemble de textes sacrés dit Veda , le « savoir » par excellence. Il y est rattaché tantôt comme un membre supplémentaire de l' Atharvaveda (recueil d'hymnes et de charmes), tantôt comme un « sous-veda » du Ṛgveda (recueil d'hymnes). Il est, théoriquement aussi, divisé en huit branches : chirurgie générale […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Nyāya »  : […] La logique est représentée en philosophie indienne par le Nyāya , nom du raisonnement type. Elle est la théorie de l'argumentation ( tarka ), des moyens valides de jugement et des erreurs. Elle est utilisée explicitement par tous les philosophes, savants et théoriciens des religions, mais elle a dans les darśana la forme d'un enseignement classique qui repose sur des Nyāyasūtra , attribués à Akṣap […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Biologie, chirurgie, pharmacie »  : […] La dualité de l'âme et du corps, qui est une notion si familière aux Occidentaux qu'elle leur paraît aller de soi, est aussi présente à l'esprit des savants indiens, mais elle ne leur est pas aussi évidente et s'efface le plus souvent devant un schème beaucoup plus fondamental dans la pensée collective et partout présent dans les textes sanskrits : la triade ou division de la personne humaine en […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « CARAKA SAṂHITĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/caraka-samhita/