Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CASSIUS LONGINUS CAIUS (mort en 42 av. J.-C.)

Issu d'une ancienne famille de Rome, Cassius — au lendemain du désastre de Carrhae contre les Parthes, où périt Crassus, l'un des triumvirs (~ 53) — réussit l'exploit de rassembler les débris de l'armée romaine et de lui faire effectuer une brillante retraite. Installé en Syrie, en qualité de questeur faisant fonction de préteur, Cassius ne se laisse pas intimider par les Parthes et refoule en particulier le jeune Pacorus, fils d'Orodès, qui fait le siège d'Antioche. Pour cet officier qui a bien servi la République romaine, la guerre civile pose un problème de conscience. Cassius se décide à choisir le camp de Pompée et celui du parti sénatorial. Il commande en particulier la flotte qui incendie les galères de César, au large de Messine (~ 48). Après la défaite de Pompée à Pharsale, Cassius rallie la cause de César ; il espère la faveur du nouveau maître de Rome. Mais il est vite déçu de ne pas obtenir la préture qui échoit à Brutus, dont il a épousé la sœur. Ruminant sa rancœur, Cassius devient l'âme d'un complot qui réunit les anciens pompéiens, les ralliés malgré eux, les républicains irréductibles et les officiers mécontents. Brutus, qui ignore le sentiment de reconnaissance, fait aussi partie de la conjuration des ides de mars ~ 44. Cassius, armé d'un poignard, frappe César à la tête, donnant ainsi aux conjurés le signal du meurtre. Devant les menaces proférées par Antoine contre les assassins, Cassius s'enfuit de Rome, rejoint la Syrie en octobre ~ 44 où il soumet plusieurs villes et les rallie à la cause républicaine. Cassius combat avec succès les troupes dépêchées contre lui et réussit même à prendre la ville de Laodicée où s'est enfermé Dolabella, partisan d'Antoine, qui se suicide en juin ~ 43. En automne ~ 43, Cassius rencontre Brutus à Smyrne et tous deux décident la guerre totale. C'est en Thrace, à Philippes, en octobre ~ 42, qu'a lieu la grande bataille entre Brutus et Cassius d'une part, Antoine et Octave d'autre part. Cassius, qui commande l'aile droite de l'armée, est vaincu par les soldats d'Antoine et préfère se suicider plutôt que de tomber aux mains de son vainqueur honni.

Ainsi s'achève la carrière de Cassius qui est salué par son ami Brutus, pleurant sur sa mort, comme « le dernier des Romains ». Le mot est amer, mais il est vrai qu'avec Cassius s'achève une histoire romaine vieille de sept siècles et que c'est une autre Rome, impériale cette fois, qui surgit, une Rome que les nostalgiques de la République ne reconnaissent plus.

— Joël SCHMIDT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification

Pour citer cet article

Joël SCHMIDT. CASSIUS LONGINUS CAIUS (mort en 42 av. J.-C.) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.)

    • Écrit par
    • 6 081 mots
    • 5 médias
    ...cause commune avec lui. Puis tous deux s'entendent avec Octave pour se partager l'Occident et poursuivre la guerre contre les « républicains », Brutus et Cassius, qui tenaient la Grèce et l'Orient. Une loi crée pour eux le titre de « triumvirs constituants », avec pleins pouvoirs et mission d'établir, une...