CABRAL ALFONSO BERNARDO DA COSTA Y, marquis de Tomar (1803-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique portugais. Juriste de formation, Cabral fait ses débuts comme avocat. Ses idées libérales lui valent d'être exilé par la faction miguéliste. Élu ensuite député des Açores, il participe au mouvement révolutionnaire de septembre 1836 puis doit rétablir l'ordre à Lisbonne, en qualité d'administrateur de cette ville. Les chartistes triomphent quand, le 27 janvier 1842, il proclame le rétablissement de la charte constitutionnelle. Nommé ministre du royaume par la reine Marie II, il va, de 1842 à 1846, promouvoir la politique de progrès économique baptisée regeneraçao et marquée par une réorganisation de l'administration et le lancement de grands travaux d'utilité publique. À partir de 1849 (il est alors président du Conseil), une nouvelle classe politique accède au pouvoir : celle des « barons » et des « vicomtes », autrement dit une aristocratie financière qui, avec Herculano et le maréchal-duc de Saldanha, va éliminer Cabral et le contraindre à chercher des compensations dans la diplomatie. C'est du reste pour lui le temps des honneurs : il est fait comte puis marquis de Tomar. Il devient grand maître de la maçonnerie portugaise. Les contemporains lui ont su gré de son approche réaliste des problèmes et si son absence de scrupules lui a parfois été reprochée, Cabral n'en reste pas moins dans l'histoire portugaise le symbole du libéralisme modéré caractéristique du milieu du xixe siècle européen.

—  Jean de PINS

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur d'archives au ministère des Affaires étrangères

Classification


Autres références

«  CABRAL ALFONSO BERNARDO DA COSTA Y, marquis de Tomar (1803-1889)  » est également traité dans :

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 037 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Bâtir l’État-nation : de la révolution libérale à la Régénération  »  : […] Les libéraux convoquent des élections et élisent une assemblée constituante (Cortes constituintes) dans laquelle prédominent la bourgeoisie commerciale et la magistrature. Les travaux de rédaction de la Constitution débutent aussitôt et se prolongent jusqu’en septembre 1822. La Constitution, inspirée par celle de Cadix, incarne désormais la nation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_35598

Pour citer l’article

Jean de PINS, « CABRAL ALFONSO BERNARDO DA COSTA Y, marquis de Tomar (1803-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cabral-alfonso-bernardo-da-costa-y-marquis-de-tomar/