BRINDISI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La ville de Brindisi est le chef-lieu de la province du même nom, dans la région des Pouilles (Apulie), dans le sud-est de l'Italie. Elle est située sur la côte Adriatique, au fond d'une anse en forme de Y qui peut accueillir des navires de haute mer, au sud-est de Bari.

La légende attribue la fondation de la ville à Diomède, un compagnon d'Ulysse. Son nom grec, Brentesion (changé par les Romains en Brundisium, qui signifie « tête de cerf » et fait référence au port intérieur en forme de ramure), rappelle son origine illyrienne. Devenue ville romaine en 226 avant J.-C., Brindisi forma un demi-siècle plus tard, avec Tarentum (l'actuelle Tarente), une base de la résistance au général carthaginois Hannibal. Octave (le futur Auguste) et Marc Antoine s'y réconcilièrent en 40 avant J.-C., le poète Virgile y termina ses jours en 19 avant J.-C.

Brindisi fut tenue par divers suzerains au début du Moyen Âge, et ne retrouva de l'importance qu'après la conquête normande (1071). Elle fut le port d'embarquement de nombreux croisés. Sa prospérité perdura sous le règne des premiers souverains de la maison d'Anjou, mais elle fut mise à mal par les luttes de succession au trône de Naples à la fin du xive siècle, puis secouée par un tremblement de terre en 1456.

La ville connut un renouveau au xixe siècle, sous les rois bourbons de Naples et les rois d'Italie, et son développement commercial fut stimulé par l'ouverture du canal de Suez en 1869. Pendant la Première Guerre mondiale, elle fut le centre des opérations militaires italiennes dans l'Adriatique. Après la chute de Mussolini (25 juillet 1943), elle devint le siège du gouvernement italien de Pietro Badoglio, qui désengagea son pays du conflit (3 septembre 1943).

Parmi d'autres vestiges de l'époque romaine, une colonne marque la fin de la voie Appienne. Bien qu'en grande partie moderne, la ville conserve quelques édifices médiévaux, dont le château de l'empereur germanique Frédéric II (1227), la cathédrale du xie siè [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Classification

Les derniers événements

2-31 mars 1991 • Albanie • Succès des communistes aux premières élections libres après un nouvel exode de réfugiés.

suivants, les autorités parviennent à endiguer ce flot de candidats à l'exil. Entre-temps, près de vingt mille réfugiés ont pu gagner Brindisi, où la population locale, à défaut des autorités italiennes manifestement dépassées, ont dû prendre en charge ces nouveaux boat people, parmi lesquels mille [...] Lire la suite

8-30 juillet 1990 • Albanie • Les réfugiés des ambassades autorisés à quitter le pays.

de sortie à quatre mille sept cent quatre-vingt-six réfugiés, la plupart sont transférés vers le port de Durres d'où ils sont conduits par bateaux à Brindisi. Environ huit cents restent en Italie, tandis que quelque trois mille d'entre eux gagnent la R.F.A. par train. Le 15, un bateau affrété [...] Lire la suite

Pour citer l’article

« BRINDISI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brindisi/