BION (-IIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né près de Smyrne, Bion passe une partie de sa vie en Sicile. Poète bucolique, probablement disciple immédiat de Théocrite, il chante la vie pastorale et les amours héroïques dans le style de ce grand poète alexandrin qui inspirera Virgile ainsi que les parnassiens du xixe siècle. Nous possédons de lui un Chant funèbre en l'honneur d'Adonis — idylle en quatre-vingt-dix-huit vers qui raconte les amours d'Adonis et d'Aphrodite, la mort du héros blessé à la chasse par un sanglier, le deuil d'Aphrodite auquel s'associent les divinités champêtres — ainsi que quelques autres idylles moins considérables. On peut lui reprocher la mièvrerie sentimentale ; toutefois, ses vers, gracieux et raffinés, ne manquent pas de charme. Comme Théocrite, il utilise beaucoup le dialecte dorien. Les éditions réunissent les poèmes de Bion avec ceux de Moschos, son disciple (~ iie s.), à qui l'on attribue en particulier le Chant funèbre en l'honneur de Bion, et ceux de Théocrite.

—  Dominique RICHARD

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Dominique RICHARD, « BION (-IIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bion/