BONELLO BERTRAND (1968- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cinéaste français Bertrand Bonello est né à Nice en septembre 1968. Il est musicien de formation. Son cinquième long-métrage, L'Apollonide, souvenirs de la maison close, décrit quelques mois du fonctionnement d'une maison close, de la vie de ses prostituées et de ses clients au tournant du xxe siècle. Enfermées entre ses murs durant la journée, les femmes se préparent, s'ennuient, attendent. À la nuit tombée, les hommes arrivent, boivent, conversent, choisissent et satisfont leurs désirs. Ce sujet « sulfureux » a donné naissance à un film cérébral et étranger à tout voyeurisme, qui confronte les spectateurs aux mécanismes de l'exploitation des pensionnaires. Les personnages sont nombreux et ne sont jamais destinés à susciter l'identification ou l'apitoiement. Ils apparaissent et disparaissent au cours du film, formant une mosaïque subtile. La qualité et la précision du choix des acteurs (parmi les femmes, Hafsia Herzi, Céline Sallette, Adèle Haenel, Alice Barnole, sans oublier la patronne, Noémie Lvovsky ; pour les clients, Jacques Nolot, Louis-Do de Lencquesaing, Pierre Léon) et de la direction d'acteur est essentielle dans cette réussite.

Bertrand Bonello s'attache à respecter des choix de mise en scène très stricts qui donnent son originalité et sa puissance au film. Il ne sera pas question de quitter la maison elle-même : les femmes y sont recluses ; les hommes n'y sont que clients. La seule échappée au bord de l'eau du groupe des pensionnaires est un hommage à un thème pictural et aussi le détail réaliste d'une promenade hygiénique organisée par la patronne. Surtout, le regard du cinéaste ne s'identifiera jamais, grâce au choix des cadrages et des angles de vision, à celui des hommes sur les femmes qu'ils exploitent et consomment. Ainsi la nudité bien présente des corps féminins s'accompagne d'une « dés-érotisation ». Ces corps sont beaux et tristes mais jamais désirables. L'utilisation dans le décor de glaces sans tain ou dans l'image de split-screen (image divisée en quatre petits écrans) contribue à cette médiatisat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : enseignant en cinéma à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle et à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Pour citer l’article

Pierre GRAS, « BONELLO BERTRAND (1968- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-bonello/