THIBAULT BERNARD (1959- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En février 1999, Bernard Thibault a été élu secrétaire général de la Confédération générale du travail (C.G.T.) à l'occasion du 46e congrès confédéral. Âgé de quarante ans, il symbolise le nouveau cours souhaité par la majorité des responsables de la première centrale syndicale française. En effet, il succède à deux dirigeants âgés (Henri Krasucki puis Louis Viannet) qui, durant les années 1980 et 1990, ont symbolisé le déclin de cette organisation (elle est passée de 2 millions d'adhérents en 1978 à 600 000 aujourd'hui), son repli sectaire – elle a rompu avec les autres confédérations et ne participait plus que pour la forme aux négociations collectives – et son alignement sur le Parti communiste français, lui-même très affaibli.

Le cas de Bernard Thibault reste une énigme pour les médias, qui ont insisté sur sa coiffure, sa décontraction ou son humour. En effet, il a toujours été d'une grande prudence, ce qui lui a permis de traverser les crises qui ont secoué la C.G.T. depuis vingt ans et de réussir une brillante et rapide carrière dans l'appareil.

Fils d'un ouvrier de la Ville de Paris, il entre à quinze ans comme apprenti à la S.N.C.F. Il attend pour se syndiquer d'avoir obtenu son C.A.P. de mécanique et son embauche définitive à l'âge de dix-huit ans. Quelques mois après, il est en charge des « jeunes » de son syndicat dont il prend la tête à vingt et un ans. Trois ans après, il est promu secrétaire à l'organisation des cheminots de Paris-Est. Sous un nom anodin, l'organisation occupe une place stratégique dans la C.G.T. : il s'agit d'organiser les réunions, de « suivre » l'activité des niveaux inférieurs et de sélectionner leurs responsables. Ce poste a permis à Bernard Thibault de s'initier aux rites de l'appareil et à la nomenclature implicite des postes qui régit l'univers communiste. Ce fut aussi pour lui l'occasion de constater les ravages du sectarisme. En effet, au début des années 1980, les secrétariats à l'organisation ont été, dans chaque fédération, le principal vecteur de la reprise en main de la C.G.T. par le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en science politique, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Grenoble

Classification


Autres références

«  THIBAULT BERNARD (1959- )  » est également traité dans :

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Maintenir la C.G.T. »  : […] Les tensions au sein de la confédération s'intensifient. Deux secrétaires confédéraux, Jean-Louis Moynot et Christiane Gilles, démissionnent en 1981 pour protester contre l'assujettissement de l'action syndicale aux seuls intérêts du P.C.F. La présence de ministres communistes au gouvernement de juin 1981 à juillet 1984 ne simplifie pas la situation. Henri Krasucki devient secrétaire général en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-generale-du-travail/#i_19928

Les derniers événements

14-23 novembre 2007 • FranceMouvement de grève dans les transports publics.

publique. Le mouvement, très suivi, est reconductible à la S.N.C.F. et pour certains syndicats de la R.A.T.P., contrairement à celui du 18 octobre. La veille, toutefois, le secrétaire général de la C.G.T. Bernard Thibault, qui exigeait jusque-là des négociations globales avec l'État sur cette réforme, a [...] Lire la suite

6-24 mai 2003 • FranceXVII<SUP DECV=" ">e</SUP> congrès du Parti socialiste.

de Franck Pupunat recueillent moins de 5 p. 100 des voix, ce qui ne leur permet pas d'être représentées dans les instances nationales. Du 16 au 18 se tient à Dijon le XVIIe congrès du P.S. La présence de Bernard Thibault, secrétaire général de la C.G.T., illustre la volonté [...] Lire la suite

5 février 1999 • FranceÉlection de Bernard Thibault au secrétariat général de la C.G.T.

Réuni depuis le 31 janvier à Strasbourg, le 46e congrès de la Confédération générale du travail (C.G.T.) élit Bernard Thibault au secrétariat général de la confédération, en remplacement de Louis Viannet. L'ancien secrétaire de la fédération des cheminots avait été la figure [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique LABBÉ, « THIBAULT BERNARD (1959- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-thibault/