Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THIBAULT BERNARD (1959- )

Bernard Thibault est un syndicaliste français, né le 2 janvier 1959 à Paris, qui a été secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT) de 1999 à 2013. Élu à l’âge de quarante ans, à l'occasion du 46e congrès confédéral en février 1999, il a incarné le renouveau souhaité par la majorité des responsables de la première centrale syndicale française. Il a en effet succédé à deux dirigeants âgés (Henri Krasucki puis Louis Viannet) qui, durant les années 1980 et 1990, ont symbolisé le déclin de cette organisation, son repli sectaire – elle a rompu avec les autres confédérations et ne participait plus que pour la forme aux négociations collectives – et son alignement sur le Parti communiste français, lui-même très affaibli.

Le cas de Bernard Thibault reste une énigme pour les médias, qui ont insisté sur sa coiffure, sa décontraction ou son humour. En effet, il a toujours été d'une grande prudence, ce qui lui a permis de traverser les crises qui ont secoué la CGT et de réussir une brillante et rapide carrière dans l'appareil.

Fils d'un ouvrier de la Ville de Paris, il entre à quinze ans comme apprenti à la SNCF. Il attend pour se syndiquer d'avoir obtenu son CAP de mécanique et son embauche définitive à l'âge de dix-huit ans. Quelques mois après, il est en charge des « jeunes » de son syndicat dont il prend la tête à vingt et un ans. Trois ans après, il est promu secrétaire à l'organisation des cheminots de Paris-Est. Sous un nom anodin, l'organisation occupe une place stratégique dans la CGT : il s'agit d'organiser les réunions, de « suivre » l'activité des niveaux inférieurs et de sélectionner leurs responsables. Ce poste a permis à Bernard Thibault de s'initier aux rites de l'appareil et à la nomenclature implicite des postes qui régit l'univers communiste. Ce fut aussi pour lui l'occasion de constater les ravages du sectarisme. En effet, au début des années 1980, les secrétariats à l'organisation ont été, dans chaque fédération, le principal vecteur de la reprise en main de la CGT par le PCF.

En décembre 1986 éclate la grève surprise des agents de conduite de la SNCF. Ce mouvement, déclenché par de jeunes agents souvent non syndiqués, prend de court la plupart des responsables syndicaux et marque le début des « coordinations ». À la gare de l'Est, à Paris, Bernard Thibault parvient à contrôler la grève, participant aux assemblées générales, intégrant des grévistes non syndiqués dans les délégations chargées de négocier avec la direction, organisant des votes pour les principales décisions. Cette réussite lui vaut de devenir, dès l'année suivante, secrétaire général des cheminots de Paris-Est et membre du bureau fédéral (l'organe dirigeant de la fédération). Trois ans plus tard, il prend les commandes de la fédération des cheminots dont il sera élu officiellement secrétaire général en 1993. À trente ans, il est le plus jeune des dirigeants de premier plan de la CGT : avec 60 000 adhérents, les cheminots forment en effet la troisième fédération derrière celles de l'énergie et des métaux. De plus, il impose un rajeunissement important de la direction fédérale, il enraye les pertes d'adhérents et parvient à établir de bonnes relations avec ses homologues de la CFDT.

La véritable percée de Bernard Thibault date de l'automne de 1995. Le mouvement social de novembre-décembre 1995 valorise la pratique « cheminote », inspirée du précédent de 1986 et opposée à celle des postiers ou des électriciens (à EDF comme à la Poste, les assemblées sont organisées pour la forme et, comme à l'accoutumée, les centres de tri sont bloqués par des poignées de grévistes). Les élections professionnelles sanctionnent logiquement ces différences. Certes, il existe des postiers ou des électriciens[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis et Dominique LABBÉ. THIBAULT BERNARD (1959- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 12/04/2024

Autres références

  • CGT (Confédération générale du travail)

    • Écrit par , et
    • 4 429 mots
    • 1 média
    Avec l'arrivée deBernard Thibault à la tête de la Confédération en février 1999, le « syndicalisme de proposition » devient le nouveau mot d'ordre. Ce recentrage sur l'action revendicative accentue la distance prise à l'égard du monde politique. La volonté de rompre son isolement et de peser effectivement...