SARRETTE BERNARD (1765-1858)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondateur du Conservatoire de musique de Paris. D'abord capitaine de la Garde nationale, Sarrette réunit à Paris, en 1789, quarante-cinq musiciens militaires ; l'année suivante, ils étaient soixante-dix. En 1792, la Garde ayant été licenciée par la Commune de Paris, il obtint l'autorisation de fonder une école de musique où les anciens musiciens militaires devinrent professeurs ; ce fut l'Institut national de musique (1795), puis le Conservatoire (1796), qu'il dirigea jusqu'en 1814. Ses qualités d'administrateur et de pédagogue assurèrent rapidement à l'établissement son premier rayonnement (école de déclamation, bibliothèque, salle de concerts, service de bourses pour les élèves démunis des classes de chant). Il perdit sa place sous la Restauration, alors qu'il projetait la fondation de conservatoires semblables en province.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Autres références

«  SARRETTE BERNARD (1765-1858)  » est également traité dans :

DIAPASON

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 752 mots

Dans le chapitre « Le diapason matérialisé »  : […] C'est, semble-t-il, à la fin du xvii e  siècle que l'on songea à confier à un instrument témoin spécialisé, et non plus à l'un des instruments du groupe, le soin de faire entendre le son de référence auquel facteurs, accordeurs ou exécutants auraient mission de s'accorder. En raison de l'extrême variabilité des usages, on se servit le plus souvent d'un instrument étalonné non pas lors de sa fabri […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « SARRETTE BERNARD - (1765-1858) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-sarrette/