PÉREZ GALDÓS BENITO (1843-1920)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si la valeur et la responsabilité intellectuelle de l'écrivain se mesurent à sa capacité d'assumer son époque, peu d'hommes ont réalisé cet idéal si apprécié aujourd'hui autant que le romancier espagnol Pérez Galdós. Il a le don de la transparence : en ce sens, on peut dire qu'il fut un moment de la conscience espagnole capable d'opposer, par le seul effet de sa propre lucidité, une sorte de miroir critique à la réalité sociale d'alors. Mais, s'il est certain que Galdós se meut en une société historiquement fermée, sa propre conscience « recréatrice » ou sa capacité de pénétration est, elle-même, une réponse. Ainsi, par la médiation de sa vision éclairée, sa production littéraire surgit comme le reflet vivant d'une conception de l'art du roman, pour laquelle le maintien de l'harmonie la plus juste « entre l'exactitude et la beauté de la représentation », selon l'affirmation de Galdós lui-même, est une valeur primordiale.

L'histoire comme fondement

Par une projection naturelle de son talent de narrateur, Benito Pérez Galdós (né aux Canaries, à Las Palmas, et mort à Madrid) estimait que l'histoire est le fondement de tout art du roman. Ce qui importe, pour un écrivain, ce sont les histoires de l'histoire. Il soulignait le fait que l'histoire n'obéit pas à un ordre de valeurs hétérogènes, mais qu'elle est une vie lente et presque toujours douloureuse de la société, une vie en laquelle tous et chacun agissent. Pour Galdós, l'histoire n'est donc pas seulement une suite passée de faits liés à un ordre institutionnel ou au devenir politique de l'État ; l'histoire, comme totalité du devenir humain, détermine la marche existentielle des hommes, par-delà les événements de la vie quotidienne, en ce qu'ils font et en ce qu'ils sont.

C'est ainsi que les premiers romans de Los Episodios nacionales (1873-1920) manifestent un fond épique, sur lequel les personnages réels ou fictifs se détachent avec plus ou moins de force selon la tonalité des événements. C'est que Galdós s'applique, dès le début, à ordonner l'ensemble des actions dans une perspective collective. De là vient que ce qui prédomine, dans cette première série d'œuvres, c'est la mise en valeur de l'héroïsme. Cette conception particulière de l'histoire, fondement de l'évidence romanesque et de la vérité dernière du roman comme transposition de la vie des diverses époques, n'était pas le fait d'un romantique attardé – qui perce encore dans ces deux romans, antérieurs aux premiers Épisodes, La Fontana de oro (La Fontaine d'or, 1870) et El Audaz (L'Audace) –, mais déjà précurseur des conceptions modernes, il voyait dans l'histoire l'intime cohésion de l'universel avec le particulier, de l'abstrait et du concret, c'est-à-dire cette réalité de la vie quotidienne qu'Unamuno appelait « l'histoire intérieure » (intrahistoria).

Dans la première série des Épisodes nationaux, c'est Gabriel Araceli, narrateur mais non personnage principal, qui donne à l'action son fil conducteur. Il n'est que le témoin des événements prodigieux auxquels il fut mêlé par hasard. Les romans de Galdós voulaient susciter le patriotisme par des exemples et des souvenirs d'un passé de risques où il fallait décider avec tout son être, comme cela fut le cas lors des invasions napoléoniennes.

La seconde série des Épisodes a pour héros-narrateur Salvador Monsalud. Elle montre les affrontements idéologiques d'une nation en crise. Comme l'exprime Ricardo Gullón dans son ouvrage, Galdós, novelista moderno, « l'accent s'est déplacé de la prédominance du patriotique à la prédominance du politique, et le peuple espagnol n'apparaît déjà plus uni comme il l'était dans le premier roman, mais partagé selon ses idées, divisé en fractions antagonistes, en idéologies agressives ». C'est précisément dans le jeu de ces oppositions idéologiques que Galdós commence à appliquer le réalisme sociologique à l'analyse de la société espagnole de son temps.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PÉREZ GALDÓS BENITO (1843-1920)  » est également traité dans :

CLARÍN ou LEOPOLDO GARCÍA ALAS Y UREÑA (1852-1901)

  • Écrit par 
  • Eutimio MARTÍN, 
  • René PELLEN
  •  • 1 714 mots

Dans le chapitre « Une erreur de perspective »  : […] Il est évident que dans toute son œuvre les implications subjectives sont grandes. Clarín ressentait avec une force presque superstitieuse le poids du passé – poids de sa propre enfance ou des générations antérieures. Il vénérait les noms que la tradition avait consacrés, n'exerçait guère sa férocité à l'endroit des écrivains les plus connus de son époque, se souciait peu de découvrir chez les jeu […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le roman espagnol du XIXe siècle »  : […] L'existence espagnole est, en effet, vide et vaine, provinciale, sans issue. Les plus généreux efforts de l'esprit libéral et démocratique se heurtent à une monarchie fondamentalement régressive. Des pronunciamientos dont certains, d'ailleurs, sont à tendances libérales, jalonnent, comme autant de secousses sans lendemain, la vie politique. Toutes sortes de problèmes propres à l'Espagne, dus à l' […] Lire la suite

FORTUNATA ET JACINTA, Benito Pérez Galdós - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 811 mots

Composé de quatre parties, le roman intitulé Fortunata et Jacinta. Histoire de deux femmes mariées , fut publié en 1886-1887. Il est considéré comme le chef-d'œuvre de l'écrivain espagnol Benito Pérez Galdós (1843-1920). […] Lire la suite

MESONERO ROMANOS RAMÓN DE (1803-1882)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 274 mots

Fils d'un homme d'affaires, l'écrivain espagnol Mesonero Romanos géra l'entreprise paternelle et accomplit un assez long voyage en Europe, qui est évoqué dans ses souvenirs. De retour en Espagne, il consacre ses dons d'observateur à la description de la vie madrilène et publie, à partir de 1832, ses Escenas matritenses dans le journal Cartas españolas , sous le pseudonyme de El Curioso Parlante ( […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Emilio SOSA LÓPEZ, « PÉREZ GALDÓS BENITO - (1843-1920) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/benito-perez-galdos/