BATTLEFIELD (mise en scène P. Brook et M.-H. Estienne)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dieux, hommes et bêtes

Dans le cadre savamment décrépit des Bouffes du Nord, Peter Brook, au plus haut de son art, signe une mise en scène stupéfiante de clarté. Tout n’est que raffinement, grâce, simplicité. Hormis des tapis au sol, aucun élément n’encombre le plateau. Les murs sont nus, teints de diverses couleurs sous l’effet des lumières délicates de Philippe Vialatte : rouge, comme ils étaient imprégnés de trop de sang de trop de guerres ; gris, pour un monde entre chien et loup ; orangé – symbole de l’aurore, annonciatrice des temps nouveaux  ?

Fidèle à lui-même, le metteur en scène a fait le choix d’une distribution cosmopolite, rassemblant des comédiens venus de cultures et de continents différents. Vêtus de costumes à la coupe d’une élégance parfaite, aux étoffes de couleurs nettes et franches (jaune, noir, rouge), ils sont quatre, acteurs conteurs magistraux : l’Irlandais Sean O’Callaghan, et les Belges et Britanniques d’origine africaine Carole Karemera, Jared McNeill et Ery Nzaramba.

Accompagnés en permanence par les accords envoûtants du tambour du maître japonais Toshi Tsuchitori, ils sont tout à la fois et tour à tour dieux, hommes ou bêtes, se métamorphosant avec une évidence fascinante en ver de terre ou en oiseau malicieux. Concentrés à l’extrême, sans rien en laisser paraître, ils se déplacent avec une légèreté aérienne, donnant le sentiment de ne jamais fouler le sol, bien qu’obéissant à des trajectoires aussi invisibles que minutieusement calculées. La seule puissance de leur jeu fondé exclusivement sur la maîtrise des muscles et du corps, sur l’équilibre physique autant qu’intérieur, crée l’illusion et l’émotion, dans l’alchimie secrète d’une humanité – notre humanité – mêlant la douceur à la force, l’humour à la douleur, l’humilité à la grandeur.

Avec Battlefield, Peter Brook signe l’une de ses créations les plus pures et les plus sereines.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : journaliste, responsable de la rubrique théâtrale à La Croix

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier MÉREUZE, « BATTLEFIELD (mise en scène P. Brook et M.-H. Estienne) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/battlefield-mise-en-scene-p-brook-et-m-h-estienne/