MARENGO BATAILLE DE (14 juin 1800)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Remportée de justesse contre la deuxième coalition par Napoléon pendant la seconde campagne d'Italie, la bataille de Marengo, à 5 kilomètres environ au sud-est d'Alessandria (Piémont), met aux prises 28 000 Français et 31 000 Autrichiens sous les ordres du général Michael Friedrich von Melas. Cette victoire aboutit à l'occupation française de la Lombardie jusqu'au fleuve Mincio et renforce l'autorité de Napoléon en France, tant auprès des civils que des militaires.

Bataille de Marengo

Bataille de Marengo

photographie

Le 14 juin 1800, ce n'est qu'avec l'arrivée in extremis du corps d'armée de Desaix que Napoléon peut retourner la situation et l'emporter sur les Autrichiens. Huile sur toile de Louis-François Lejeune (1775-1848). Château de Versailles. 

Crédits : VISIOARS/ AKG

Afficher

Napoléon fait franchir à son armée plusieurs cols alpins en mai, empêchant ainsi Melas de communiquer avec l'Autriche. Melas concentre ses troupes à Alessandria pour affronter les Français. Napoléon avait mal localisé les forces de Melas, les croyant à Turin, à plus de 80 kilomètres à l'ouest. Lorsque Melas attaque, les forces françaises sont dangereusement étirées. 18 000 soldats français sont d'abord dominés par les Autrichiens et, à 3 heures de l'après-midi, ils ont dû reculer de près de 7 kilomètres. Melas, pensant tenir la victoire, cède le commandement à un subordonné et part vers Alessandria. La lenteur de la poursuite menée par les Autrichiens permet à Napoléon de regrouper ses forces jusqu'à l'arrivée en renfort de 10 000 hommes, dont la plupart appartiennent au corps d'armée du général Desaix. À 5 heures de l'après-midi, la furieuse contre-attaque française, dont une des premières victimes est Desaix lui-même, oblige les Autrichiens à battre en retraite. Les pertes autrichiennes se montent à 7 500 soldats blessés ou tués et 4 000 prisonniers. Les pertes françaises à 6 000. Le jour suivant, Melas signe un armistice.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MARENGO BATAILLE DE (14 juin 1800)  » est également traité dans :

ITALIE CAMPAGNES D' (1796-1797 et 1800)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 812 mots
  •  • 1 média

Après la signature des traités de Bâle et de La Haye en 1795, la France n'a plus sur le Continent comme adversaire que l'Autriche. Devenu directeur, Carnot conçoit le projet de lancer trois armées sur Vienne : deux ont mission d'atteindre la capitale autrichienne par la vallée du Main et celle du Danube, la troisième doit passer par la vallée du Pô et les Alpes. Bien qu'elle soit confiée à un jeun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campagnes-d-italie/#i_40944

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les campagnes militaires et la paix difficile »  : […] Le Premier consul passa l'hiver 1799-1800 à réorganiser son armée et à préparer une attaque contre l'Autriche. Conscient de l'importance stratégique de la Confédération helvétique, à partir de laquelle il pouvait attaquer les Autrichiens soit en Allemagne, soit en Italie, il traversa le col du Grand-Saint-Bernard avant même la fonte des neiges et surprit l'armée autrichienne en train d'assiéger G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_40944

Pour citer l’article

« MARENGO BATAILLE DE (14 juin 1800) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-marengo/