BENACERRAF BARUJ (1920-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anatomopathologiste et immunologiste américain d'origine vénézuélienne, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1980 (conjointement à George Snell et Jean Dausset), pour la découverte de gènes régulant les réponses immunitaires et pour la mise en évidence du rôle de certains de ces gènes dans les maladies auto-immunes.

Baruj Benacerraf est né le 29 octobre 1920 à Caracas (Venezuela). Il arrive à Paris à l'âge de cinq ans et y restera jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale. En 1940, il entre à l'université Columbia, à New York, où il achève son premier cycle en 1942. Il prend la nationalité américaine en 1943, alors qu'il est étudiant à la faculté de médecine de l'université de Virginie, à Richmond. Après avoir achevé ses études de médecine, en 1945, et effectué un internat à l'hôpital général du Queens, à New York, il sert dans l'armée américaine en 1946 et 1947, puis se consacre pendant un an à la recherche en immunologie à la faculté de médecine et de chirurgie de l'université Columbia. Il intègre ensuite le C.N.R.S., à l'hôpital Broussais, à Paris, où il poursuit ses recherches en immunologie. En 1956, il rejoint la faculté de médecine de l'université de New York. En 1960, il devient professeur d'anatomopathologie, fonction qu'il conserve jusqu'en 1968.

À l'université de New York, Baruj Benacerraf commence à travailler sur la génétique du système immunitaire. Ses expérimentations le conduisent à développer le concept de gènes de la réponse immunitaire, déterminant la capacité du système immunitaire à répondre aux antigènes (agents infectieux ou matières étrangères ayant pénétré dans l'organisme). Plus de trente gènes de la réponse immunitaire ont été identifiés ultérieurement, et il a été possible d'établir qu'ils faisaient partie du complexe majeur d'histocompatibilité, une région complexe de l'ADN impliquée dans la réponse immunitaire. Les travaux de Baruj Benacerraf ont également aidé à comprendre les mécanismes de maladies auto-immunes, telles que la sclérose en plaques ou la polyarthrite rhumatoïde, caractérisées par un dysfonctionnement du système immunitaire qui se retourne contre ses propres tissus.

En 1968, Baruj Benacerraf devient chef du laboratoire d'immunologie à l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, à Bethesda (Maryland). En 1970, il est nommé professeur d'anatomopathologie comparée et directeur du département d'anatomopathologie à la faculté de médecine de l'université Harvard. En 1980, il devient président de l'Institut contre le cancer Sidney-Farber (aujourd'hui Institut contre le cancer Dana-Farber), à Boston. En 1973, il est élu à l'Académie nationale des sciences. Il publie par la suite de nombreux livres, parmi lesquels le Traité d'immunologie (1984) et son autobiographie, De Caracas à Stockholm (1998).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Pour citer l’article

« BENACERRAF BARUJ - (1920-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/baruj-benacerraf/