BANJUL, anc. BATHURST

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale de la Gambie et port de la côte atlantique, Banjul (anc. Bathurst) se dresse sur l'île Sainte-Marie, près de l'embouchure du fleuve Gambie. La ville, qui compte 34 828 habitants (recensement 2003) dans ses murs et 523 589 dans l'agglomération, est la deuxième du pays par la taille.

Gambie : carte administrative

Gambie : carte administrative

carte

Carte administrative de la Gambie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Sa fondation remonte à 1816, lorsque le Colonial Office britannique chargea le capitaine Alexander Grant d'établir un poste militaire sur le fleuve pour mettre fin au trafic illégal d'esclaves et pour servir de débouché commercial aux marchands chassés du Sénégal, restitué à la France. Grant choisit d'implanter son fort sur l'île de Banjul (cédée par le chef du royaume de Kombo), qu'il rebaptisa île Sainte-Marie. Il nomma la nouvelle colonie en l'honneur de Henry Bathurst, alors secrétaire aux affaires coloniales. Devenue la capitale de la colonie et du protectorat britanniques de Gambie, celle-ci fut gouvernée par un conseil municipal à partir de 1947. Lorsque la Gambie accéda à l'indépendance en 1965, Bathurst devint la capitale du pays et fut rebaptisée Banjul en 1973.

Banjul est le centre commercial et de transport du pays. Dotée de plusieurs usines de décorticage des arachides et de quelques huileries, elle exporte des arachides, de l'huile et du tourteau d'arachide ainsi que des palmistes. Le tourisme génère de plus en plus de revenus, tout en réduisant le chômage urbain et en encourageant l'artisanat (sculpture sur bois, bijoux en filigrane, tissus teints à la main). Banjul est reliée à l'intérieur du pays et au Sénégal par un bac qui traverse l'estuaire de la Gambie, large de 5 kilomètres, pour rejoindre la ville de Barra, sur la rive nord, et par l'autoroute qui va jusqu'à Serekunda, sur la rive sud. Un service régulier de bateaux à vapeur dessert la ville de Basse (Santa Su), située à environ 390 kilomètres en amont. L'aéroport international du pays se trouve à Yundum, 30 kilomètres au sud-ouest de Banjul.

Foyer d'enseignement du pays, Banjul accueille cinq lycées, dont un public (1958), deux catholiques, un musulman et un technique, ainsi qu'une bibliothèque publique. Une école d'infirmières (1964), un hôpital psychiatrique, un sanatorium et une résidence accueillant les infirmes sont rattachés à l'hôpital royal Victoria (1957).

Près de la moitié de la population de Banjul est d'origine ouolof, mais les Aku (descendants des esclaves affranchis), les Malinké (Mandingues), les Mauritaniens et les Libanais forment d'importantes minorités. Banjul possède une mosquée ainsi que des églises anglicanes, catholiques et méthodistes.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BANJUL, anc. BATHURST  » est également traité dans :

GAMBIE

  • Écrit par 
  • Christian COULON, 
  • Universalis
  •  • 3 881 mots
  •  • 2 médias

La république de Gambie est l'un des plus petits États d'Afrique, avec une superficie de 10 689 km 2 et une population que l'on peut estimer à 1,6 million d'habitants en 2006. La capitale, Banjul (ex- Bathurst), avec sa zone urbaine, compte environ 375 000 habitants à la même date. Les autres principaux centres urbains sont Kuntaur, Georgetown, Basse et Bansang. Cette ancienne colonie britanni […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BANJUL, anc. BATHURST », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/banjul/