Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BAHĀ'ISME

Le bahā'isme est la religion fondée par Mirzā Hoseyn ‘Ali Nuri, connu sous le nom de Bahā Allāh (Gloire ou Splendeur de Dieu, 1817-1892). Originaire d'une famille noble du Māzandarān, il fut parmi les premiers disciples de ‘Ali Mohammad, dit le Bāb (exécuté en 1850). Tourné très tôt vers la vie religieuse, il eut une expérience mystique particulièrement marquante dans une prison de Téhéran où il avait été incarcéré avec d'autres bābi après l'attentat manqué contre Nāseroddin Shāh en 1852. Pour les bahā'i, cette expérience marque le début de sa mission prophétique. Après une période d'exil en Irak, il vécut comme derviche errant au Kurdistan (1854-1856), puis retourna à Bagdad où il continua à faire des adeptes et, devant un petit nombre de disciples, proclama qu'il était « Celui que Dieu manifestera », prédit par le Bāb (avril 1863). Sur la demande du consul de Perse, il fut exilé à Constantinople, puis à Andrinople (Édirne), d'où il déclara à tous sa mission prophétique et envoya des lettres à plusieurs souverains. Les dissensions entre bābi (devenus en majorité bahā'i, en minorité azali) firent que le gouvernement ottoman exila les bahā'i à Saint-Jean-d'Acre et les azali à Chypre. L'interprète infaillible de la doctrine de Bahā Allāh et son propagateur en Europe et aux États-Unis fut son fils aîné ‘Abbās Efendi, connu sous le nom de ‘Abd al-Bahā (Serviteur de Bahā, 1844-1921). Puis la mission de la propagation de la foi fut continuée par le petit-fils de ‘Abd al-Bahā, Shoghi Efendi (mort en 1957).

Bien que se déclarant scientifique et antidogmatique, la religion bahā'i possède des doctrines théologiques : Dieu est une entité transcendante et inconnaissable ; la création est éternelle (sans commencement ni fin) ; les prophètes sont des manifestations (et non des incarnations) divines successives ; les prophètes traditionnels du judaïsme, du christianisme et de l'islam, et même Zoroastre, sont reconnus ; après Mohammad viennent le Bāb et Bahā Allāh ; avec le Bāb finit le cycle adamique et commence le cycle bahā'i ; d'autres prophètes mieux adaptés à un stade d'évolution ultérieure de l'humanité pourront venir après Bahā Allāh.

L'enseignement bahā'i est essentiellement tourné vers la mise en application de principes moraux et sociaux. L'accent est mis sur l'unité des religions et sur celle du genre humain, sur l'égalité des sexes, la lutte contre les préjugés de tout genre, la réalisation de la paix mondiale, la réduction des inégalités sociales, etc. Pour réaliser ce vaste programme, les bahā'i ont établi d'importants organismes administratifs et didactiques. Il n'existe ni culte public ni sacrements ou rites particuliers, les seules obligations religieuses se réduisant à des réunions communautaires (auxquelles peuvent être conviés des non-bahā'i), un jeûne de type islamique, l'abstention de toute boisson alcoolique, des prières et des ablutions.

Diffusée en Europe et aux États-Unis dès les années 1890, la foi bahā'i compte de nombreux adeptes dans le monde entier. Le noyau central se trouve en Iran où elle joue un rôle économique et intellectuel important et est parfois l'objet de persécutions (surtout de la part du milieu shī‘ite) ; puis viennent les États-Unis et l'Europe. Bien qu'il n'y ait pas de culte public, l'érection de temples est recommandée. Près de Chicago, à Wilmette (Ill.), un imposant temple circulaire a été officiellement consacré en 1953. Les centres administratifs et les tombeaux des fondateurs sont réunis au Centre mondial de la foi, près du mont Carmel, en Israël. Les bahā‘i, au nombre d'environ 7,5 millions en 2008, sont présents dans le monde entier.

— Jean CALMARD[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BĀBISME

    • Écrit par Jean CALMARD
    • 599 mots

    Le terme de Bāb (litt. « porte ») revêt diverses acceptions dans les différentes formes du shī'isme. Selon la doctrine de l'école sheykhi, professée en Perse au xixe siècle, après l'occultation du douzième emām (874), les Bāb (« Seuil » de l'emām) et les ...

  • IRAN - Société et cultures

    • Écrit par Christian BROMBERGER
    • 8 898 mots
    • 3 médias
    ...les minorités zoroastrienne israélite, chrétienne, en grande majorité arménienne. Chacune de ces communautés a un ou deux représentants au Parlement. En revanche, les bahaïs, fidèles d'une religion schismatique issue du shi'isme au xixe siècle, prônant l'unification du genre humain et un...
  • TOBEY MARK (1890-1976)

    • Écrit par Maïten BOUISSET
    • 1 107 mots

    Né à Centerville dans le Wisconsin, le peintre américain Mark Tobey appartient à une famille d'origine anglaise qui émigre dans différentes villes des États-Unis avant de se fixer à Chicago. Élève studieux, passionné par l'histoire naturelle, la littérature et le dessin, Mark Tobey doit cependant abandonner...

Voir aussi