AZOOSPERMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Normalement, à partir de la puberté et sous l'influence des hormones hypophysaires, les testicules sont le siège d'une fabrication permanente de spermatozoïdes. Le testicule est composé de millions de tubes séminifères très fins et pelotonnés sur eux-mêmes. Ces tubes ont pour paroi plusieurs couches de cellules autour d'une « lumière » au centre. De la périphérie vers le centre, les cellules se transforment : il y a d'abord les spermatocytes (quarante-six chromosomes), puis les spermatides (obtenus après méiose : vingt-trois chromosomes), puis les spermatozoïdes qui sont expulsés dans la lumière du tube.

Certaines stérilités de l'homme sont dues à l'arrêt de ce processus de maturation des cellules germinales au stade précédant celui de spermatozoïde. Cet arrêt physiologique, qui constitue une forme d'azoospermie, résiste aux traitements médicaux connus.

Depuis quelques années, chez les hommes n'ayant aucun spermatozoïde dans le sperme on sait qu'il est possible de rechercher quelques spermatozoïdes dans l'épididyme ou le testicule. Il s'agit d'hommes chez lesquels le canal (déférent) transportant les spermatozoïdes est obturé, ou chez lesquels la production de spermatozoïdes est minime. Ces techniques nécessitent ensuite la micro-injection d'un spermatozoïde dans l'ovocyte au cours d'une fécondation in vitro selon la procédure technique dite I.C.S.I.

En 1995, on fait état de grossesses obtenues après micro-injection de spermatides. Le 13 février 1999, Jean Tesarik (Paris) a annoncé avoir obtenu une grossesse en ayant recours aux cellules germinales qui sont en amont des spermatides et qui n'ont pas encore effectué leur division chromosomique. À partir d'une biopsie du tissu testiculaire, il a pu mettre en culture les spermatocytes, qui ont repris leur processus de développement et se sont transformés en spermatides, ensuite injectés par I.C.S.I. Sur cinq couples volontaires, deux fécondations ont été obtenues, dont une a permis la naissance de deux jumeaux normaux. L'autre a entraîné une grossesse extra-utérine.

Cette « premiè [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AZOOSPERMIE  » est également traité dans :

ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

  • Écrit par 
  • René FRYDMAN
  •  • 7 647 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les stérilités masculines  »  : […] La responsabilité de l’homme dans l’infertilité du couple et son exploration détaillée sont des données relativement récentes. Les indications masculines des A.M.P. sont cependant difficiles à cerner car il n’existe pas de valeur seuil du spermogramme permettant d’affirmer la stérilité définitive. Aucun test ne peut en effet prédire de façon absolue le pouvoir fécondant du sperme d’autant qu’un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assistance-medicale-a-la-procreation-procreation-medicalement-assistee/#i_44040

STÉRILITÉ

  • Écrit par 
  • Jean COHEN
  •  • 2 521 mots

Dans le chapitre « Chez l'homme »  : […] L'absence totale de spermatozoïdes ( azoospermie) peut être due soit à une obstruction sur le trajet des spermatozoïdes depuis les testicules jusqu'à la verge (azoospermie excrétoire), soit à une absence de fabrication des spermatozoïdes par le testicule (azoospermie sécrétoire). Dans ce dernier cas, soit le tissu testiculaire est lésé (de naissance ou après une maladie), soit la stimulation horm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sterilite/#i_44040

Pour citer l’article

Jean COHEN, « AZOOSPERMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/azoospermie/