Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÖBIUS AUGUST FERDINAND (1790-1868)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Mathématicien et astronome allemand né à Schulpforta et mort à Leipzig. August Ferdinand Möbius fit ses études à Leipzig, à Göttingen (sous la direction de K. F. Gauss) et à Halle. En 1815, il devint professeur d'astronomie à Leipzig, puis directeur de l'observatoire de cette ville, après en avoir dirigé la construction. On lui doit plusieurs ouvrages d'astronomie théorique, notamment De computandis occultationibus fixarum per planetas (1815).

Ses travaux mathématiques concernent principalement la géométrie et furent, pour la plupart, publiés dans le Journal des mathématiques pures et appliquées de Crelle, de 1828 à 1858, comme compléments à son ouvrage fondamental Der barycentrische Calcul (1827). En introduisant un nouveau système de coordonnées, Möbius y étudie les transformations géométriques, principalement la transformation projective. Son ouvrage eut une très grande importance dans le développement de la géométrie projective.

Étudiant la statique sous l'angle de la géométrie, Möbius développa également la théorie des complexes linéaires de droites (Lehrbuch der Statik, 1837).

On peut considérer Möbius comme un des pionniers de la topologie, avec la découverte, publiée dans un mémoire à l'Académie des sciences française, du « ruban de Möbius », surface n'ayant qu'un seul côté.

— Jacques MEYER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jacques MEYER. MÖBIUS AUGUST FERDINAND (1790-1868) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • RUBAN DE MÖBIUS (topologie)

    • Écrit par
    • 184 mots
    • 1 média

    Dans un mémoire, présenté à l'Académie des sciences mais qui ne fut découvert qu'après sa mort, August Ferdinand Möbius (1790-1868) discute les propriétés de surfaces unilatères, c'est-à-dire n'ayant qu'une seule face et une seule frontière. Il cite en particulier le paradoxal ruban...