SELBERG ATLE (1917-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien norvégien, lauréat de la médaille Fields en 1950 pour ses travaux en théorie des nombres. Né le 14 juin 1917 à Langesund (Norvège), mort le 6 août 2007 à Princeton, Atle Selberg fait ses études supérieures à l'université d'Oslo, où il obtient son doctorat en 1943. Chercheur à Oslo jusqu'en 1947, il devient boursier puis membre de l'Institute for Advanced Study de Princeton (New Jersey), où il reste jusqu'à sa retraite en 1987.

Chercheur précoce, Selberg publie son premier ouvrage, Sur quelques identités arithmétiques, en 1935 alors qu'il est encore lycéen. Ses travaux en théorie analytique des nombres ont établi des résultats fondamentaux sur les zéros de la fonction zêta de Riemann, cette fonction analytique de la variable x définie comme la somme infinie des entiers élevés à la puissance x et qui s'est révélée l'outil le plus adapté à l'étude des propriétés et de la répartition des nombres premiers. Il est aussi l'auteur de nombreux théorèmes sur les propriétés des groupes discontinus dans des espaces de dimension élevée. Selberg a également contribué à l'étude des cribles, généralisations de la méthode du savant grec antique Ératosthène (275-195 avant J.-C.) pour établir la table des nombres premiers. En postface de l'édition de ses œuvres complètes en 1990, il note que si ses publications sont relativement peu nombreuses, c'est qu'il trouve extrêmement difficile d'écrire quelque chose qui le satisfasse au moins modérément.

Selberg a reçu le prix Wolf en mathématiques en 1986.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  SELBERG ATLE (1917-2007)  » est également traité dans :

ERDÖS PAUL (1913-1996)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis NICOLAS
  •  • 966 mots

plus tôt : entre un nombre et son double il y a toujours un nombre premier. Sa démonstration est plus simple et plus élégante que celle de Tchebychev. En 1949, il donne avec Atle Selberg une preuve « élémentaire » du théorème des nombres premiers : le nombre de nombres premiers inférieurs à x est équivalent à / ln (x), lorsque x tend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-erdos/#i_99074

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « SELBERG ATLE - (1917-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/atle-selberg/