BLISS ARTHUR (1891-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des principaux compositeurs britanniques de la première moitié du xxe siècle, Arthur Bliss se distingua tant par ses œuvres de jeunesse, expérimentales, que par ses compositions plus tardives, davantage subjectives.

Né le 2 août 1891, à Londres, Arthur Edward Drummond Bliss étudie auprès de Ralph Vaughan Williams et de Gustav Holst. Jusqu'au début des années 1920, sa musique prend souvent un caractère expérimental, comme en témoignent Rhapsody (1919), partition pour solistes et ensemble de chambre dans laquelle la voix joue un rôle instrumental en chantant des vocalises, et A Colour Symphony (1922, rév. 1932), dont les quatre mouvements sont censés suggérer les couleurs pourpre, rouge, bleue et verte. N'abandonnant jamais complètement l'expérimentation, il adopte par la suite des formes classiques, composant notamment des quintettes pour hautbois et cordes ou pour clarinette et cordes, un concerto pour piano ainsi que Conversations, pour orchestre de chambre. Il compose la musique de trois films, dont celle de Things to Come, de William Cameron Menzies (1936, Les Mondes futurs, adapté d'un roman de H. G. Wells). Parmi ses autres œuvres, citons l'opéra télévisé Tobias and the Angel (1960) et la symphonie pour chœurs Morning Heroes (1930). Bliss signe en outre trois ballets : Checkmate (1937, chorégraphié par Ninette de Valois), Miracle in the Gorbals (1944, chorégraphié par Robert Helpmann) et Adam Zero (1946, Helpmann). Élevé au rang de chevalier en 1950, il est nommé maître de musique de la reine en 1953. Sa dernière composition, pièce pour chœur intitulée Shield of Faith, est créée à l'occasion du cinquième centenaire de la chapelle Saint George de Windsor quelques semaines après sa mort, survenue le 27 mars 1975, à Londres.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BLISS ARTHUR (1891-1975)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 928 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Autour de Britten et de Tippett »  : […] Ce double courant était déjà manifeste chez Herbert Howells, Arthur Bliss, William Walton, Benjamin Britten, d'une part, Elisabeth Lutyens, Humphrey Searle, Cornelius Cardew, d'autre part. Howells (1892-1983) s'illustre surtout dans la musique d'église. L'œuvre de Bliss (1891-1975), fort ouverte, brille surtout à l'orchestre ( Music for Strings , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-musique/#i_54981

Pour citer l’article

« BLISS ARTHUR - (1891-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-bliss/