ZWEIG ARNOLD (1887-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Gross-Glogau en Silésie, Arnold Zweig, qui n'est pas parent avec Stefan Zweig, fait, dans différentes universités, des études de philosophie, de philologie contemporaine, d'histoire et d'histoire de l'art. Ensuite, il s'adonne non pas à l'enseignement mais à la littérature. Il prend part à la Première Guerre mondiale comme simple soldat, se bat à Verdun, en Hongrie, en Serbie, travaille comme scribe au grand quartier général, dans la proximité constante de Hindenburg et de Ludendorff. La guerre terminée, il s'installe d'abord à Munich, puis à Berlin. En 1933, il trouve refuge en Palestine — où il s'était déjà rendu —, la venue de Hitler au pouvoir le contraignant, parce qu'il est juif, à s'exiler : il dira rapidement la déception que lui cause la Terre promise, à la fois dans sa correspondance avec Freud et dans l'ouvrage De Vriendt rentre chez lui (De Vriendt kehrt heim). Quasi aveugle, il termine ses jours à Berlin-Est, où, gratifié d'un prix national de première classe et du prix Lénine de la paix, il préside aux destinées de l'Académie allemande des arts.

Zweig débute dans la littérature avec ses Notes sur une famille Klopfer (Aufzeichnungen über eine Familie Klopfer, 1911), un roman semi-autobiographique plein de souvenirs sur l'enfance qu'il passa dans une famille de selliers. Mais c'est aux Nouvelles autour de Claudia (Novellen um Claudia, 1912) qu'il doit d'atteindre la notoriété. Un couple d'amoureux — ils seront, plus tard, époux — lui sert à décrire la structure psychique des Allemands avant la guerre de 1914. À cette occasion, Zweig fait preuve de son talent de narrateur et de dons certains d'observation, quand bien même les réactions de ses personnages ne se conforment pas toujours au principe de causalité, ce qui était, en soi, le dessein de l'auteur. Simultanément, il écrit des pièces de théâtre — entre autres, Meurtre rituel en Hongrie (Ritualmord in Ungarn, 1913) — qui ont pour sujet des thèmes sionistes.

Mais c'est avec Le Cas du sergent Grischa (Der Streit um den Sergeanten Grischa, 1927) qu'Arnold Zweig est le plus convaincant. Si Remarque a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Lore de CHAMBURE, « ZWEIG ARNOLD - (1887-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arnold-zweig/