GÜLER ARA (1928-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec l’exposition Ara Güler, Lost Istanbul, années 50-60 et le livre Istanbul, préfacé par le Prix Nobel de littérature Orhan Pamuk, la Maison européenne de la photographie et les éditions du Pacifique célébraient en 2009 l’œuvre d’un artiste aussi impliqué dans sa ville qu’ont pu l’être le cinéaste Federico Fellini avec Rome ou l’écrivain Albert Cossery avec Le Caire.

Ara Güler naît le 16 août 1928 dans le quartier Beyoğlu d’Istanbul. Il est le fils d’un pharmacien arménien, Tatjat Terterian, originaire de la petite ville anatolienne de Şebinkarahisar, et de Verjin Chahinian, issue d’une famille arménienne d’Égypte. L’enfant, qui a dû comme les siens « turquiser » son nom, grandit au sein d’une famille éclairée qui lui procure une éducation dans deux établissements arméniens, l’école Mkhitarian et le renommé lycée Getronagan. Bon élève, ouvert aux activités artistique et théâtrale, Ara Güler hésite d’abord entre la peinture, le cinéma et une carrière d’acteur. Reçu en 1948 à l’École dramatique d’Istanbul, il découvre à l’âge de vingt ans la pratique de la photographie. Ce qui relevait du loisir devient un moyen d'expression sensible, autonome et immédiat, ouvrant une carrière dans le journalisme. Apprécié par la rédaction de Yeni Istanbul, Ara Güler réalise dès 1949 ses premiers reportages pour le tout jeune quotidien de centre gauche. Les études supérieures en économie qu’il entreprend en 1951 à l’université d’Istanbul n’entraveront pas ce début de carrière comme photographe de presse, conforté par sa contribution au quotidien national Hürriyet. À l’issue de son service militaire en 1961, Ara Güler, qui se voit offrir la responsabilité de chef photographe au magazine turc Hayat, entreprend de documenter activement le pays qu’il considère comme le sien, portant un regard attentif sur les importantes transformations industrielles comme sur l’Anatolie rurale et ses sites archéologiques. Ses travaux lui valent une consécration internationale, sanctionnée par son admission à l’American Society of Magazine Photographers et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GÜLER ARA (1928-2018)  » est également traité dans :

PAMUK ORHAN (1952- )

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR
  •  • 2 029 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un romancier et sa ville »  : […] De fait, en 2003, Orhan Pamuk a publié un ouvrage autobiographique ayant pour cadre sa ville natale : İ stanbul, Hat ı ralar ve Ş ehir ( Istanbul, souvenirs d'une ville , trad. franç. 2007). La formation de l'écrivain y est rapportée d'une manière souvent intimiste. On y découvre ainsi l'homme, dans les différents âges de sa vie, mais aussi le chroniqueur méticuleux de la disparition progress […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pamuk-orhan-1952/#i_57366

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « GÜLER ARA - (1928-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ara-guler/