AOUDH, OUDH ou AVADH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Région de la plaine du Gange dont le nom vient de celui de la ville antique d'Ayodhya, capitale du royaume de Kosala, dont Rāmā, conformément à l'épopée du Rāmāyana, fut le souverain. Après avoir suivi les vicissitudes historiques complexes de cette plaine et vu d'autres capitales naître dans la même région, telles Kanauj ou Jaunpur, le pays d'Oudh survit jusqu'au xixe siècle comme une des dernières nababies indépendantes issues du démantèlement de l'Empire mogol.

À la fin du xviiie siècle, la Compagnie des Indes britanniques, maîtresse de l'Inde orientale, soutient l'Oudh comme État tampon face à la puissance marathe. Complètement entouré de territoires britanniques, sauf du côté du Népal, ce royaume musulman, dont la capitale est Lucknow, est finalement annexé à l'Inde britannique par le gouverneur général lord Dalhousie qui, au nom de sa conception autoritaire de la suzeraineté (paramounty) de la Compagnie, dépose le nabab (1856) sous le prétexte de mauvaise administration. Ce nouvel abus de pouvoir contre l'aristocratie traditionnelle est l'une des causes indirectes de la grande révolte indienne dite des Cipayes (1857-1859), qui fut particulièrement unanime, organisée et tenace dans le pays d'Oudh. Celui-ci, réuni aux plaines du haut Gange, constitue, après ces événements, les provinces unies d'Āgrā et d'Oudh, devenues dans l'Inde indépendante l'État d'Uttar-Pradesh.

—  Roland BRETON

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, maître assistant à l'université d'Aix-Marseille

Classification


Autres références

«  AOUDH, OUDH ou AVADH  » est également traité dans :

UTTAR PRADESH

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 712 mots
  •  • 1 média

L'Uttar Pradesh est de loin le plus peuplé des États de la république de l'Inde, avec 166 052 859 habitants au recensement de 2001. Il correspond à la partie centrale de la plaine du Gange et s'étend sur 236 286 kilomètres carrés. Cette très grande unité politique, cette masse humaine énorme correspond au cœur de l'Hindoustan classique. Le hindī y est la langue dominante ; les grands empires panin […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland BRETON, « AOUDH, OUDH ou AVADH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aoudh-oudh-avadh/