JOMINI ANTOINE HENRI baron (1779-1869)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Certains critiques ou historiens, dont Sainte-Beuve qui lui consacra une étude approfondie en 1869, ont considéré Antoine Henri Jomini comme l'un des plus grands stratèges d'une époque qui fut pourtant celle de Napoléon et de Clausewitz. Le Vaudois Jomini, employé de banque à Bade devenu officier dans les troupes helvétiques, se fait remarquer en publiant un Traité de grande tactique (1803) rebaptisé Traité des grandes opérations militaires en 1811, qui surclasse par l'intelligence de ses aperçus Maurice de Saxe, le chevalier de Folard et Puységur, plaçant l'auteur au niveau de Guibert. Ney puis Berthier l'attachent à leur état-major. Jomini est à Eylau en février 1807, participe à la guerre d'Espagne et à la campagne de Russie. Mais sa supériorité tranchante finit par exaspérer Berthier qui s'oppose à son avancement au grade de divisionnaire. Mécontent, Jomini passe, en pleine campagne d'Allemagne, en 1813, au service du tsar. Devenu aide de camp de ce dernier, puis précepteur militaire du grand-duc Nicolas et enfin général en chef en 1826, Jomini se consacre à l'histoire militaire. Son œuvre maîtresse, Les Guerres de la Révolution, a été commencée en 1806 et achevée en 1820 ; elle est parue en quinze volumes. Jomini y déclare, contrairement à Clausewitz, et c'est peut-être la raison du déclin de son influence aujourd'hui, que « la guerre est un drame passionné et non une science exacte ». Il donne une suite à cet ouvrage, Vie politique et militaire de Napoléon, racontée par lui-même au tribunal de César, d'Alexandre et de Frédéric (1827), où il met en lumière un trait du caractère napoléonien : « remettre ses résolutions les plus graves [aux] chances les plus fortuites ». Enfin, dans son Précis politique et militaire de la campagne de 1815, il montre comment l'Empereur était condamné à la défaite à Waterloo. Sainte-Beuve l'a bien jugé en 1869. Il présente Jomini comme « une physionomie distinguée et singulière en son genre, un personnage plus cité que connu ».

—  Jean TULARD

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  JOMINI ANTOINE HENRI baron (1779-1869)  » est également traité dans :

LOGISTIQUE, gestion

  • Écrit par 
  • Gilles PACHÉ
  •  • 7 833 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les origines militaires »  : […] La logistique se présente incontestablement comme un concept d'origine militaire. Il est intéressant de constater que, jusqu'à une période récente et indépendamment de l'acception du terme en logique, la plupart des dictionnaires de référence l'ont définie de façon restrictive comme l'art de combiner tous les moyens de transport, de ravitaillement et de logement des troupes. Les médias n'ont d'ail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logistique-gestion/#i_47601

Pour citer l’article

Jean TULARD, « JOMINI ANTOINE HENRI baron (1779-1869) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-henri-jomini/