KAPOOR ANISH (1954- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1954 à Mumbai (anciennement Bombay), cet artiste indien immigre en Grande-Bretagne en 1973 et suit les enseignements de la Chelsea School of Art and Design avant de percer au début des années 1980. Essentiellement sculpturale, l'œuvre d'Anish Kapoor est parfois considérée à tort comme une version britannique du post-minimalisme. Mais c'est davantage en héritier de Mark Rothko et Barnett Newman en quête d'un sublime chromatique et spirituel qu'il faut placer cet artiste.

De 1979 à 1981, il signe la série 1 000 names, ensemble de sculptures en bois et plâtre de formes géométriques abstraites recouvertes de pigments colorés purs. L'adjonction de ces poudres vibrantes donnait une impression troublante de flottement aux cinq éléments, transcendés par la couleur. Le travail essentiellement rétinien et perceptif de Kapoor s'emploie avant tout à intervenir sur les espaces et les rapports d'échelle. Très rapidement, l'artiste s'attaquera à des échelles bien plus conséquentes et enveloppantes, avec une dimension plus architecturale. Son vocabulaire formel relativement circonscrit à des courbes, cercles ou sphères, réussit à allier une certaine rigueur minimale à un biomorphisme sensuel. Conscient de la force poétique et des sensations pures que suscitent ses œuvres, Kapoor emploie des matériaux comme le métal ou la pierre, combinés à des qualités chromatiques profondes, suivant des dialectiques simples (vide-plein, concave-convexe, visible-invisible, froideur-sensualité).

Lauréat du prix Turner en Grande-Bretagne en 1991, Anish Kapoor augmente les échelles progressivement au cours de cette décennie. En 1998, il réalise la seconde version de At the Edge of the World, grande soucoupe de huit mètres de diamètre suspendue dans l'espace d'exposition et teintée d'un rouge rubis poli comme un miroir, à la manière d'un dais glacé et irrésistible. Kapoor révèle une habileté sans commune mesure dans l'art de créer une sensation et une perception d'infini à partir d'un objet circonscrit. La même année, il entreprend Suck, une pièce de taille plus modeste en métal réfléchissant, di [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique d'art, historienne de l'art spécialisée en art écologique américain

Classification


Autres références

«  KAPOOR ANISH (1954- )  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 366 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Réinvention de la tradition : Anthony Caro, la « nouvelle sculpture anglaise » des années 1980 »  : […] La « nouvelle sculpture anglaise » des années 1980 s'affirme avec force sur la scène internationale, notamment grâce à la notoriété accumulées par plusieurs générations de sculpteurs. Le plus illustre d'entre eux est sir Anthony Caro , qui a été l'assistant de Henry Moore à la fin des années 1950 avant de créer des assemblages d'acier purement abstraits (Midday , 1960, New Y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-sculpture/#i_43655

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réinventer la monumentalité »  : […] House s’inscrit dans la vogue nouvelle des années 1990- 2000, la commande d’œuvres qu’on a souvent regroupées sous l’appellation d’antimonuments ou de contre-monuments. « Comment faire un monument à la fin du xx e  siècle ? », telle était la question de départ que se posait l’artiste néerlandais Jan Dibbets lors de son proj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_43655

Pour citer l’article

Bénédicte RAMADE, « KAPOOR ANISH (1954- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anish-kapoor/