ANGLAIS (ART ET CULTURE)Vue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est significatif que les deux ouvrages les plus importants consacrés au particularisme marqué de l'art anglais, à son caractère unique au sein de l'histoire de l'art occidental, et en tout cas les premiers à poser délibérément cette question et à en faire l'objet principal de leur réflexion, L'« Anglicité » de l'art anglais et Les Antécédents idéologiques de la calandre Rolls-Royce, aient été publiés en 1956 et en 1963. Moment qui est aussi celui d'une internationalisation, voire d'une uniformisation plus grande du monde de l'art, et où se marque une certaine dissolution des caractères que ces livres mettaient en avant. Il n'est pas innocent non plus que leurs auteurs respectifs, Nikolaus Pevsner et Erwin Panofsky, tout en étant à cette date deux figures incontestées de l'Université britannique, aient tous deux été formés en Allemagne, symbolisant ainsi à la fois l'originalité de la Grande-Bretagne et ses liens étroits avec l'Europe continentale, dans un échange dialectique qui participe aussi de la définition de ce qu'est l'art d'outre-Manche.

Pevsner, après avoir, dans un mouvement très inspiré, consciemment ou non, de Taine, insisté sur les données tant géographiques (notamment l'insularité) qu'humaines (l'identité d'une race, d'un caractère britanniques originaux modelés par l'histoire) de la Grande-Bretagne, met en relief l'originalité de la création artistique anglaise au travers de deux manifestations emblématiques de son identité, le gothique perpendiculaire et l'art des jardins, ainsi que de grandes figures fondatrices et caractéristiques : Hogarth et son art de l'observation, Reynolds et sa manière si particulière de se détacher de l'objet de sa peinture par son intellectualisation, William Blake et son style qu'on pourrait dire évanescent par ses formes si contournées, John Constable et son amour de la nature, avec sa peinture glorifiant la verte Angleterre. Plus synthétique, plus délibérément analytique et moins narratif aussi, Panofsky part de l'histoire du « jardin anglais », et de celle de la création architecturale qui lui est contemporaine, des palladiens du début du xviiie siècle à Robert Adam, pour conclure sur une coexistence de caractères sinon opposés, du moins très éloignés l'un de l'autre : « un rationalisme résolument formel, tourné vers l'Antiquité classique », et « une sensibilité hautement subjective tirant son inspiration de l'imagination individuelle, de la nature et du passé médiéval », cette « antinomie entre deux principes contraires, qui reflète d'ailleurs le fait qu'en Grande-Bretagne la vie sociale et institutionnelle est plus strictement régie qu'ailleurs par la tradition et la convention, tout en autorisant aux personnes plus de débordements „excentriques“ » se retrouvant, selon lui, « tout au long de l'histoire artistique et littéraire du pays ». Panofsky s'emploie ensuite à démontrer cela en mêlant les exemples architecturaux et picturaux à d'autres tirés de la littérature. La place faite à cette dernière est essentielle : la réflexion sur « l'anglicité » recouvre en effet toutes les formes de la création artistique, et déborde ainsi naturellement sur son contexte politique, économique et surtout social.

C'est ici qu'intervient l'évolution propre de la Grande-Bretagne par rapport au Continent, dont elle a toujours, dans ces différents domaines, été proche et éloignée, parfois dans le même temps. Il existe ainsi une voie anglaise, trouvant son origine au Moyen Âge tout d'abord, à l'époque Tudor ensuite (la Réforme anglicane, elle aussi très originale, ayant probablement renforcé et accentué le phénomène). Après l'épisode « classique » et « baroque » du xviie siècle, où l'originalité de l'Angleterre est peut-être moins marquée, les deux siècles suivants, où elle devient la principale puissance européenne et de fait mondiale, voient l'art anglais s'affirmer en tant que tel, avant de s'effacer à l'époque contemporaine (encore que la fort vivante scène artistique britannique actuelle, très tournée vers l'extérieur et la mondialisation, soit tout aussi singulière, mais pas dans la même continuité qu'auparavant). On pourra ainsi insister sur l'originalité de certaines formes artistiques propres à la Grande-Bretagne, qui ne présentent, en dehors des îles Britanniques, aucun équivalent comparable. On isolera, de même, certains créateurs irréductiblement originaux, comme Hogarth, Blake ou Turner. Mais on soulignera aussi les contacts entretenus avec le reste de l'Europe, dans un double [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ANGLAIS ART ET CULTURE  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Langue

  • Écrit par 
  • Guy Jean FORGUE, 
  • Hans KURATH
  •  • 6 441 mots
  •  • 2 médias

L'anglais est une langue germanique qui, par sa structure, appartient à la catégorie des langues indo-européennes. Il est étroitement apparenté au frison, au hollandais, au bas allemand qui, avec le haut allemand, constituent le groupe occidental des langues germaniques.Importé dans les îles Britanniques dès le ve siècle par les envahisseurs venus du […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Toute histoire littéraire sous-entend une perspective et la perspective a rapport au temps présent, le passé étant vu en fonction de problèmes contemporains ; ainsi, maint écrivain dont le nom est consacré dans le panthéon des célébrités peut se trouver aujourd'hui ou demain dans la situation de la semence qui tombe sur le basalte. Si l'on conçoit l'histoire littéraire comme dynamique et non plus […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

La peinture anglaise est souvent évoquée avec condescendance de ce côté-ci de la Manche – quand elle n'est pas complètement ignorée. On y discerne seulement, entre deux abîmes de médiocrité, un bref « âge d'or » allant de 1750 à 1850 et culminant avec Turner. Pour comprendre comment cette présentation caricaturale a pu longtemps être crédible, il faut aborder de front le reproche habituel fait à l […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Aquarelle

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 3 838 mots
  •  • 2 médias

Dupremier voyage de John Robert Cozens en Italie en 1776 à la mort de Turner en 1851, l'Angleterre a connu un âge d'or de l'aquarelle. Cette technique picturale, auparavant réservée au dessin topographique et architectural, a brusquement connu la faveur des artistes et de leurs clients au moment où les voyage […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

La « sculpture anglaise » existe-t-elle vraiment ? Si l'on a évidemment pratiqué de tout temps la sculpture en Angleterre, l'expression ne prend corps qu'à l'âge contemporain avec l'invention de la sculpture moderne. Le xxe siècle est en effet marqué par une véritable effervescence de la création sculpturale en Angleterre, phénomène qui a été analysé […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 822 mots
  •  • 29 médias

L'architecture anglaise reste étrangement méconnue en France. Or le développement de cet art au cours des quatre siècles qui vont de la Renaissance à l'orée des temps contemporains, de l'avènement d'Élisabeth à la mort de Victoria, prouve qu'à côté de l'Italie et de la France l'Angleterre fut une des terres les plus fécondes en grands praticiens et en mo […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 932 mots
  •  • 8 médias

Les arts sont les témoins des civilisations et sont, comme elles, largement façonnés par le contexte géographique et historique qui les voit naître et se développer. La musique anglaise n'échappe pas à cette loi.Protégée de l'influence immédiate de ses voisins les plus proches par l'existence entre elle et eux d'un bras de mer, c'est en son propre terroir qu […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 487 mots
  •  • 4 médias

Depuis ses origines, le cinéma britannique s'épanouit dans la contradiction – un peu comme l'humour anglais, que l'on caractérise comme conformiste d'un côté, iconoclaste de l'autre. On le déclare périodiquement « fini » pour mieux parler de ses « renaissances » ; les généralisations sont tentantes, souvent réductrices, parfois abusives, car à bien des égards, cette cinématographie reste déroutant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-vue-d-ensemble/