SIKELIANOS ANGELOS (1884-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À Angelos Sikelianos appartient le grand mérite de renouveler l'hellénisme. Par sa poésie sublime, ses drames poétiques, sa prose oratoire, enfin par sa personnalité exubérante, il a puisé dans la pérennité de sa tradition, en se tournant surtout vers la Grèce ancienne, sans pour autant négliger la symbolique chrétienne. Croyant à la mission prophétique du poète, il a voulu harmoniser tout ce qui, archétype vivant dans la conscience grecque, perpétue le sacré. De son vivant, malgré l'admiration ardente d'un cercle restreint ou le respect embarrassé, proche de la stupéfaction, d'un plus vaste public, son audience fut limitée à la Grèce moderne elle-même, en quête de son passé multiple et discontinu. Même si, parfois, l'idée déborde la forme de sa poésie, celle-ci cédant à la grandiloquence, l'œuvre du poète, aujourd'hui, demeure intacte, dans sa plénitude. Il incombe aux générations futures de découvrir cette œuvre hautement spirituelle.

Étapes poétiques

C'est à Leucade qu'il vit le jour en 1884 et il y grandit entouré d'un monde propice. Cette heureuse communion aura été décisive : toute sa poésie en sera imprégnée comme d'une image primordiale de la terre grecque. À Athènes, où il commence des études de droit, il se sent vite dépaysé et il les abandonne afin de se consacrer entièrement à l'écriture. Après quelques esquisses sans éclat, sa première œuvre importante, Le Voyant, littéralement « celui dont l'ombre est légère et qui voit des puissances invisibles », paraît en 1909. Le titre même suggère deux vers des célèbres « Libres assiégés » de Solomos : « Mon cher voyant, dis-moi, qu'as-tu vu ce soir ? La nuit pleine de merveilles, semée de sortilèges ! » En effet, on reconnaît, au long de ces poèmes apparemment indépendants, l'affirmation du moi poétique qu'un élan, divinisé par le poète, emporte et qu'une saveur chtonienne retient ; on y retrouve aussi la fidélité à l'imagerie populaire. Quant à la langue et à la prosodie, elles se veulent en analogie avec le souffle qui les anime. Le vers est tantôt libre, tantôt mesuré, av [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Nicolas LEVENTIS, « SIKELIANOS ANGELOS - (1884-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/angelos-sikelianos/