SINIAVSKI ANDREÏ (1925-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Andreï Siniavski est né à Moscou en 1925. Chercheur à l'Institut de littérature mondiale de Moscou de 1951 à 1965, il aurait pu être un brillant critique littéraire soviétique, mais il préféra narguer le pouvoir, et ses Récits fantastiques, écrits à partir de 1955 et parus dès 1958 en France sous le pseudonyme d'Abram Tertz, ainsi que son article ironique sur « Le Réalisme socialiste », défièrent le K.G.B. jusqu'à ce qu'enfin il soit arrêté au début de 1966, et jugé, en compagnie de Youli Daniel, pour « antisoviétisme ». Une condamnation à sept ans de bagne fut pour Siniavski « le prix de la métaphore ». Toute son esthétique sort de cet embryon clandestin, où l'écrivain se compare lui-même aux gens du cirque, toujours en danger, toujours coupables d'hyperbole...

Messieurs, la cour (1959), qui décrivait à l'avance son arrestation, et Bonne Nuit, dernier roman publié en 1984, ouvrent et closent le cercle de son œuvre : ce sont deux tentatives de biographie fantastique, où l'auteur apparaît comme un « enfant dernier-né du stalinisme », avec sa noire aura de classicisme et de terreur. Bonne Nuit, invitation au sommeil d'une humanité secouée par la folie, est centré sur la figure de son père, devenu dément, parcourant avec son fils une forêt impénétrable où il se croit télépathiquement branché sur les tables d'écoute du K.G.B. Un K.G.B. qui s'intéressait de près au jeune Siniavski, condisciple de la propre fille de Staline ainsi que de la seule étudiante étrangère dans le Moscou de cette fin de stalinisme. De quoi nourrir de fantastique tant le roman que la vie de l'écrivain, qui transcrit dans son art son jeu du chat et de la souris avec les services secrets. Bonne Nuit, qui s'ouvre par un duo avec le magistrat bourreau, est à la fois « féerie » stalinienne et crise de schizophrénie.

En 1973, un an après sa libération anticipée, l'écrivain quitte l'U.R.S.S. pour la France en compagnie de sa femme et de leur fils. Le professeur Siniavski donne à la Sorbonne des cours sur le folklore russe, la Russie sainte et ses naïves croyances, tandis que l'écrivain Abram Tertz scanda [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Genève, recteur de l'université internationale Lomonosov à Genève, président des Rencontres internationales de Genève

Classification


Autres références

«  SINIAVSKI ANDREÏ (1925-1997)  » est également traité dans :

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] Franchissons l'océan et touchons aux rives de la Méditerranée. Nous trouvons là une écriture qui entretient avec la langue française des rapports de fascination-répulsion. Au célèbre « la langue française est ma patrie » d'un Gabriel Audisio, entraînant avec lui la totalité des écrivains pieds-noirs – d'Elissa Rhaïs à Albert Memmi – farouchement identifiés à la France par la langue, répond le non […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_22227

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Face à l'Occident »  : […] L'ancienne émigration, décimée, vieillissante, eut à peine le temps de voir arriver la nouvelle, durant les années 1970. Le bilan de cette seconde littérature émigrée est riche, mais moins varié que celui de la première. Beaucoup d'œuvres concernant la condition de l'homme au goulag : ainsi Golos iz hora ( Une voix dans le chœur , 1976) de Siniavski-Ter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_22227

Pour citer l’article

Georges NIVAT, « SINIAVSKI ANDREÏ - (1925-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-siniavski/