CAMILLERI ANDREA (1925-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La saga Montalbano

Le deuxième registre est celui du roman policier, centré autour du personnage du commissaire Montalbano, ce Maigret sicilien qui se distingue de son modèle du quai des Orfèvres par le goût d'une cuisine plus épurée (les fameux rougets de roche) en contraste avec les arrière-cuisines peu ragoûtantes du pouvoir qu'il est obligé de traverser. Le premier roman de cette série, La Forme de l’eau, est publié en 1994. Il sera suivi très régulièrement de nouvelles enquêtes jusqu’en 2019, avec Il Cuoco dell’Alcyon.

Confronté à des énigmes sanglantes qui en cachent souvent d'autres (comme dans Il Cane di terracotta, 1996, Le Chien de faïence, 1998), Montalbano – patronyme très répandu en Sicile, mais choisi en hommage à l'écrivain espagnol Manuel Vásquez Montalbán – s'attelle à leur résolution en fonction de son humeur (laquelle dépend largement du temps qu'il fait : le commissaire est « météoropathe »), avec un respect très relatif de la procédure et un sens très méridional des horaires. Pour provoquer les traditionnelles illuminations qui surgissent dans l'esprit de cet enquêteur fin lettré, la littérature joue un rôle souvent prépondérant : ainsi, dans L'Odore della notte, 2001 (L’Odeur de la nuit, 2003), c'est même en revivant une nouvelle de Faulkner qu'il parviendra au fin mot de l'histoire. Soumis aux pressions venues de Montelusa, où se trouvent d'obtuses autorités, Montalbano peut compter sur les hommes du commissariat de Vigàta : l'inénarrable Catarella qui parle un « talien » estropié, Augello, adjoint du commissaire en rivalité avec lui, Fazio le vieux flic complice ; et aussi sur divers habitants de Vigàta qui lui sont tout dévoués : Ingrid la fantasmatique Suédoise avec laquelle Montalbano entretient des rapports héroïquement chastes (par fidélité à son éternelle fiancée, Livia la Gênoise), la dame en chaise à roulettes, le vieux proviseur, le petit truand... De livre en livre, le lecteur se retrouve ainsi en famille, complice de ces braves gens associés pour résister aux nauséabondes menées des pu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CAMILLERI ANDREA (1925-2019)  » est également traité dans :

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 583 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Italie »  : […] Après les années noires où la littérature policière avait été interdite par Mussolini, Giorgio Scerbanenco (1911-1969) fait figure de pionnier. Considéré comme le père du roman noir italien, il met en scène Duca Lamberti, radié du conseil de l'ordre des médecins pour euthanasie, et n'a pas son pareil pour décrire le banditisme organisé et les affaires louches à Milan ( Vénus privée , 1966). À la m […] Lire la suite

Pour citer l’article

Serge QUADRUPPANI, « CAMILLERI ANDREA - (1925-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-camilleri/