CAMILLERI ANDREA (1925- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis 1996, l'œuvre d'Andrea Camilleri, « auteur italien né en Sicile », suivant ses propres mots, connaît dans son pays un succès tel qu'on lui trouverait difficilement un équivalent dans le demi-siècle qui vient de s'écouler. Reconnaissance aussi éclatante que tardive : né en 1925 à Porto Empedocle (la Vigàta de ses romans), près d'Agrigente (la Montelusa du même univers), Andrea Camilleri aura attendu d'avoir passé soixante-dix ans pour être connu du grand public.

Dans sa jeunesse, ses nouvelles publiées dans les journaux annonçaient pourtant une carrière littéraire plus précoce. En 1948, il est distingué par un jury pour un texte théâtral. Venu à Florence pour recevoir son prix, il relit la pièce dans le train du retour et, insatisfait de sa lecture, la jette par la fenêtre. S'ensuit néanmoins une « montée » à la capitale et le début d'une longue carrière consacrée au théâtre puis à la radio et à la télévision. Metteur en scène (entre autres de Beckett, Adamov et Pirandello, auquel sa famille est apparentée), il sera aussi producteur, et notamment d'une série à succès consacrée à Maigret.

L'archive, support de la fiction

Cette expérience de travail pour la scène et pour l'écran s'avérera décisive dans l'œuvre écrite. De fait, la première caractéristique des romans de Camilleri, c'est l'habileté de la construction et le découpage en séquences et dialogues dignes d'un scénario. La seconde, c'est sa langue, cet italien sicilianisé qu'il parlait avec son père et grâce auquel il a réussi à passer de la nouvelle au roman. D'un livre à l'autre, Camilleri ne va cesser d'enrichir cette langue, dont il use simultanément avec l'italien classique et le dialecte pur, en fonction des besoins de la narration.

À partir du milieu des années 1990, stimulée par un succès grandissant, la créativité littéraire de Camilleri va se déployer, à côté d'essais, notamment sur Pirandello, principalement dans deux registres. Suivant un procédé déjà utilisé par Sciascia, son deuxième génie tutélaire, des romans historiques à trame policière prennent pour point de départ quelques lignes d'archi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAMILLERI ANDREA (1925- )  » est également traité dans :

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Italie »  : […] Après les années noires où la littérature policière avait été interdite par Mussolini, Giorgio Scerbanenco (1911-1969) fait figure de pionnier. Considéré comme le père du roman noir italien, il met en scène Duca Lamberti, radié du conseil de l'ordre des médecins pour euthanasie, et n'a pas son pareil pour décrire le banditisme organisé et les affaires louches à Milan ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_34739

Pour citer l’article

Serge QUADRUPPANI, « CAMILLERI ANDREA (1925- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-camilleri/