TARDIEU ANDRÉ (1876-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique français, né le 22 septembre 1876 à Paris, mort le 15 septembre 1945 à Menton.

Grand bourgeois né dans une vieille famille parisienne de graveurs, André Pierre Gabriel Amédée Tardieu étudie à l'École normale supérieure. Après avoir servi dans le corps diplomatique, il établit sa réputation en tant que journaliste du Temps, spécialisé dans la politique étrangère. Élu à la Chambre des députés en 1914, il sert dans l'infanterie légère durant la Première Guerre mondiale, jusqu'en 1916. Collaborateur de Clemenceau lors de la conférence de Paris, il joue un rôle considérable dans la rédaction du traité de Versailles.

Tardieu est ministre des Régions libérées (Alsace-Lorraine) dans le cabinet de Clemenceau, de novembre 1919 à janvier 1920. Lorsque celui-ci se retire de la vie politique, Tardieu lui demeure fidèle et refusera systématiquement d'entrer dans un gouvernement jusqu'en 1926. À la Chambre des députés comme dans ses articles de presse, il mène ainsi une lutte intransigeante pour préserver l'intégralité du traité de Versailles, refusant tout assouplissement des mesures punitives prévues contre l'Allemagne. Au grand regret de Clemenceau, il accepte cependant le ministère des Travaux publics (1926-1928), puis celui de l'Intérieur (1928-1929) sous Poincaré. Chef du centre droit à la Chambre, il est président du Conseil du 2 novembre 1929 au 17 février 1930, puis du 2 mars au 5 décembre 1930. Durant ses deux premiers mandats, Tardieu plaide pour une politique de relance économique par l'État pour la crise de 1929 (extension des assurances sociales, retraite des combattants, gratuité de l'enseignement secondaire). Il obtient ensuite le portefeuille de l'Agriculture (1931-1932) puis de la Guerre (1932) dans les deux cabinets de Laval, avant de revenir à la tête du Conseil pour la troisième fois, le 20 février 1932. Battu aux élections générales, il démissionne le 10 mai 1932. Partisan d'une révision des institutions avec un renforcement de l'exécutif, il revient dans le cabinet Doumergue après le 6 février 1934, mais échoue dans son projet et se retire de la politique active

—  Universalis

Classification


Autres références

«  TARDIEU ANDRÉ (1876-1945)  » est également traité dans :

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le régime en question (1930-1936) »  : […] Jusqu'aux élections de 1932, la droite gouverna avec André Tardieu et Pierre Laval. Le premier était un grand bourgeois aux allures brillantes, le second était issu du syndicalisme pacifiste et avait fait carrière dans le sillage de Briand. Tardieu voulait susciter une droite moderne et réformiste, utilisant les excédents budgétaires pour l'équipe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_40783

Pour citer l’article

« TARDIEU ANDRÉ - (1876-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-tardieu/