PIETTRE ANDRÉ (1906-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir été reçu en 1936 major au concours de l'agrégation de droit (section économie politique), André Piettre inaugura sa carrière universitaire à Strasbourg, en 1937. Fait prisonnier lors de la défaite de 1940, il fut rapatrié sanitaire à la fin de 1942 et enseigna à Clermont-Ferrand (où s'était repliée l'université alsacienne), de 1943 à novembre 1945. La paix le ramena à sa première chaire, et il fut élu en 1952 doyen de la faculté de droit et des sciences économiques de cette grande université de l'Est. Il enseigna ensuite à Paris de 1953 à sa retraite en 1976. Entre-temps, l'Académie des sciences morales et politiques l'avait accueilli en 1971.

On peut résumer la vie et l'œuvre d'André Piettre par une remarque de Stuart Mill : “Un économiste qui ne serait qu'économiste serait un bien médiocre économiste.”

En effet, toutes ses réflexions, l'ensemble de ses écrits ont été marqués par un profond humanisme chrétien et par sa passion pour l'histoire des civilisations. Mais l'“appel au réel” — un effort de connaissance des faits économiques et des politiques qu'ils ont suscitées — restera le leitmotiv constant de sa pensée, son approche personnelle de la complexité des hommes et des choses.

En 1952, il donne L'Économie allemande contemporaine. Il avait été frappé par le redressement de la république fédérale d'Allemagne. Il recensait dans cet ouvrage tous les paramètres de ce qui fut appelé plus tard le miracle allemand et présentait un modèle d'étude exhaustive, révélateur de son goût pour la recherche des faits et des statistiques qui commandent la réflexion.

Plus tard, en 1967, dans Monnaie et économie internationale du XIXe siècle à nos jours, il livra un véritable travail de bénédictin en observant le système classique du début du xixe siècle à 1914, et le dérèglement de ce système dans l'entre-deux-guerres.

L'occultation de l'histoire durant ces dernières décennies restait l'une de ses préoccupations constantes. Il aurait pu faire sienne cette remarque de Winston Churchill : “Ce [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Henri MERCILLON, « PIETTRE ANDRÉ - (1906-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-piettre/